/sports/hockey/canadien
Navigation

Bergevin tient mordicus à Petry

« Oui, il est une priorité » - Marc Bergevin

Bergevin tient mordicus à Petry

Coup d'oeil sur cet article

BROSSARD | Marc Bergevin n’a pas caché son jeu dans le dossier Jeff Petry. Il fera tout en son possible pour le convaincre de poursuivre sa carrière à Montréal.

« Oui, il est une priorité, a répondu Bergevin. Nous sommes vraiment contents de sa façon de jouer. Il a joué de très bonnes minutes pour nous. On connaît bien ses forces et on trouve qu’il cadrerait parfaitement avec nous. Ce sera une priorité de le ramener avec nous. »

Comme toujours, le jeune directeur général du Canadien n’a pas dévoilé son plan pour les prochaines négociations avec Petry et son agent, Wade Arnott.

« Pour le moment, on ne sait pas quel sera le plafond salarial, a rappelé Bergevin. On fera notre mieux pour le garder ici s’il le veut et je pense que c’est le cas. »

Jeff Petry
Bergevin tient mordicus à Petry
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Aucun scénario d’écarté

Il y a le vouloir, mais il y a aussi la réalité. Avec déjà plus 58 millions d’investis pour la saison 2015-2016, il ne restera pas plusieurs millions dans le coffre-fort de Geoff Molson une fois que les cas d’Alex Galchenyuk et de Nathan Beaulieu, deux joueurs autonomes avec restriction, seront réglés.

Le plafond salarial, qui était de 69 millions cette année, devrait légèrement augmenter, avoisinant les 71 millions selon plusieurs sources.

Questionné sur la possibilité de réaliser une transaction afin de faire de l’espace pour Petry, Bergevin n’a pas fermé la porte.

« Ce sont des choses que j’ai déjà regardées un peu, mais on va s’asseoir avec nos gars de hockey, a-t-il expliqué. Je n’ai aucune idée du plafond salarial, habituellement on le sait à la fin juin. Mais, c’est certain que Jeff représente une priorité. On va faire tout ce qui est possible sans faire mal à l’équipe pour qu’il reste à Montréal. »

« C’est un casse-tête, et il y a des morceaux qui bougent. En ce moment, il y en a un qui bouge et qui ne veut pas se placer, c’est le plafond salarial. »

Parlant de casse-tête, Michel Therrien avait mentionné à la veille du sixième match contre le Lightning que l’arrivée de Petry lui avait permis de placer ses défenseurs à la bonne place.

En conférence de presse en ce jour de bilan, Bergevin n’avait que de bons mots pour l’ancien des Oilers d’Edmonton.

« Chaque fois qu'il va chercher la rondelle dans notre territoire, il a un plan en tête, a souligné le DG du Tricolore. C'est un joueur qui joue 20 bonnes minutes par match. C'est très important. Je suis très satisfait d'avoir été le chercher à la date limite des transactions. On se concentrait sur ce dossier depuis un bon moment. Une des choses les plus importantes pour moi, c'est d'avoir une bonne défense. Le garder à Montréal, c'est très important pour nous. »

Sous le charme de Montréal

Le 1er juillet prochain, Petry pourrait devenir l’un des défenseurs les plus convoités sur le marché des joueurs autonomes. D’ici les prochains jours, le Canadien sera l’unique équipe qui pourra le courtiser. Bergevin pourrait également utiliser un argument de masse en lui offrant un contrat de huit ans, une option seulement valable pour l’équipe qui détient déjà ses droits. Sur le marché, l’Américain de 27 ans recevra au maximum un contrat de sept ans.

La veille, Petry a manifesté son désir de s’entendre avec le CH.

«Je considèrerais sérieusement l’option de demeurer à Montréal, a-t-il dit. Le Canadien m’a offert une superbe opportunité. Je suis passé d’une équipe qui n’allait pas encore participer aux séries éliminatoires à une organisation de première classe. »

«C’est une équipe gagnante, dotée d’un bon noyau et d’un excellent gardien, a-t-il enchaîné. Les gars qui se trouvent dans ce vestiaire et l’histoire de cette organisation sont d’autres facteurs qui ne sont pas à négliger.»