/weekend
Navigation

La relève en musique est «plate», selon Marjo

Marjo
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Celle qui figure parmi les icônes du rock au Québec trouve que la musique offerte par la relève en 2015 manque «de pétards, de flammèches». Marjo, qui propose actuellement ses plus grands succès un peu partout en province, ne s’en cache pas: elle ne suit pas les artistes de la nouvelle génération.

«C’est plate. C’est trop doux, ça brasse pas. Y a pas assez de pétards, de flammèches... Ça pète pas!» soutient la chanteuse, jointe au bout du fil lundi. Elle affirme ne pas être intéressée par l’offre musicale «ordinaire» en 2015 et ne pas avoir le temps de la suivre non plus. Curieusement, la chanteuse dit écouter beaucoup de musique classique parce que celle-ci lui procure un grand calme.

En spectacle partout au Québec

Dix ans après la sortie de son dernier album de chansons originales, Turquoise, Marjo n’est pas pressée de retourner en studio. La rockeuse québécoise, qui fêtera ses 62 ans en août, se dit déjà comblée par la scène, alors qu’elle multiplie les spectacles. D’ailleurs, à travers ce «tourbillon», comme elle l’appelle, Marjo effectuera également un retour aux sources en juillet en retournant s’établir à Montréal.

«Je retourne au bercail!» s’exclame-t-elle. Après quatre années passées dans Charlevoix, puis les 11 dernières dans les Laurentides, Marjo souhaite se rapprocher de sa famille et faciliter ses déplacements pour le travail, explique-t-elle.

Ainsi, à travers son déménagement, l’auteure-compositrice-interprète se produira cet été dans plusieurs salles en province. «C’est “booké”, j’en ai partout. Je m’occupe», lance-t-elle. Proposant les succès de Corbeau et de son propre répertoire, Marjo offre deux formules de spectacles: l’une avec un groupe, l’autre en trio (guitare, percussions, voix). Sans compter qu’elle sera aussi l’invitée, sur scène, de quelques artistes, dont les Vikings, Alain-François Lamontagne et Dan Bigras.

Toujours aussi fringante

«La scène, c’est là que j’existe, c’est là que je suis bien.» L’artiste assure ne rien avoir perdu de son entrain légendaire. «Ça vient pas me chercher, l’âge. Je suis encore aussi fringante qu’avant», affirme celle qui se réjouit de voir des jeunes assister à ses spectacles.

«J’en reviens jamais, ça se rajeunit tout le temps. Ils sont toujours là, les 18 ans, raconte l’artiste. Y a pu de rock’n’roll. On cherche ça, soutient-elle. Alors, c’est qui qu’ils viennent voir? C’est Marjo.»

Pas d’album en chantier

Bien qu’elle ait évoqué l’an dernier la possibilité de travailler sur un nouvel album de chansons originales prochainement, Marjo indique que rien n’est en route pour l’instant. «Je n’ai pas le temps. C’est un rêve en devenir», explique-t-elle, précisant que de travailler sur du nouveau matériel n’est pas une urgence pour elle, tant la scène la nourrit présentement.

Celle qui gère maintenant sa carrière seule, sans agent, semble être comme un poisson dans l’eau. «J’adore ça! Je sais où je m’en vais exactement, pis y a pas personne qui va me mener par le bout du nez. Je déteste me faire contrôler.» On reconnaît bien là toute la fougue et la détermination de la femme de tête.


  • Marjo se produira le 23 mai au Centre d’art La Chapelle de Québec; le 29 mai au Théâtre Meglab de Malartic; le 5 juin à la Cabane chez Nathalie, à Saint-Mathieu-du-Parc, et les 16 et 17 juin, au casino de Montréal.
  • Marjo est également porte-parole du 24e Festival de la chanson de Saint-Ambroise, qui se déroulera du 10 au 15 août prochain.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.