/sports/hockey/canadien
Navigation

À Petry de jouer

Petry
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier Étant donné que les deux parties semblent vouloir s’entendre, les négociations concernant le prochain contrat de Jeff Petry devraient commencer bientôt.

Coup d'oeil sur cet article

Jeff Petry a été une révélation lors de son passage à Montréal qui a commencé au début du mois de mars, alors qu’il a été échangé contre des choix de deuxième ronde et de cinquiè­me ronde conditionnels. Parce que le Canadien a remporté une ronde des séries, ce dernier choix en est maintenant un de quatrième ronde.

Jeff Petry a été une révélation lors de son passage à Montréal qui a commencé au début du mois de mars, alors qu’il a été échangé contre des choix de deuxième ronde et de cinquiè­me ronde conditionnels. Parce que le Canadien a remporté une ronde des séries, ce dernier choix en est maintenant un de quatrième ronde.

Petry a avoué avoir disputé le meilleur hockey de sa carrière alors qu’il ne s’est pas seulement fié à ses habiletés offensives. Défensivement, il limitait les erreurs au maximum et on a aussi découvert qu’il pouvait donner de très bonnes mises en échec. Bref, Petry a été le deuxième meilleur défenseur de l’équipe après P.K. Subban.

Maintenant, Petry soutient que Montréal représente son premier choix et qu’il espère bien poursuivre sa carrière avec le Canadien. Est-ce que ce sont de belles paroles ou Petry est-il vraiment sérieux lorsqu’il y va d’une telle déclaration?

On le saura très bientôt. Je ne serais pas surpris que, dans les prochains jours, Marc Bergevin contacte ses agents Wade Arnott et Don Meehan pour déterminer si l’intérêt est bel et bien réel.

Si c’est le cas, les négociations vont commencer assez rapidement parce que la pire chose qui pourrait arriver, c’est que Petry n’ait pas d’entente avec le Canadien au début du mois de juin.

Parce que si le processus de négociation est volontairement retardé par ses agents, le défenseur de 27 ans sera alors très tenté d’attendre quelques semaines pour tester le marché des joueurs autonomes sans compensation à compter du 1er juillet.

Autre point important, si ses demandes salariales sont exagérées, par exemple 6,5 millions $ annuellement, il est évident qu’il va évoluer pour une autre équipe la saison prochaine.

En 314 matchs dans la LNH, majoritairement avec les Oilers, Petry a amassé 81 points, dont 20 buts.

QUE FAIRE DE PLEKANEC ?

L’attaquant Tomas Plekanec a connu des séries difficiles. Malgré un temps de glace important, le joueur de centre tchèque n’a amassé que 6 points à ses 20 derniers matchs des séries.

Il sera intéressant de voir si Marc Bergevin lui offrira une prolongation de contrat après le 1er juillet, lui qui terminera la saison prochaine une entente de six ans, avec un salaire annuel de 5 millions $.

Selon une source, ce dossier est très «sensible» parce que Plekanec a toujours joué pour le Canadien et c’est un joueur qui demeure important, alors qu’il a quand même amassé 60 points cette saison. Comme vous le savez, ce n’est pas facile de remplacer un joueur de 60 points. Reste qu’à moins d’un changement important, Plekanec devra être patient et il serait surprenant qu’il obtienne une prolongation de contrat avant la fin de la prochaine saison.

LEUR PLUS GROS CAMP

Les dirigeants du Canadien n’auraient jamais prévu que deux jeunes joueurs de 23 ans qui étaient bien en vue auraient terminé la saison à Hamilton. C’est le cas du défenseur Jarred Tinordi et de l’attaquant Michael Bournival.

Ces deux joueurs sont à la recher­che d’un nouveau contrat et n’ont aucun pouvoir de négociation présentement, ce qui veut dire qu’ils devront accepter une offre qualificative à deux volets prochainement. Le seul point qui les avantage, c’est que, s’ils ne connaissent pas un bon camp d’entraînement en septembre, ils devront passer par le ballottage et ils pourraient ainsi être réclamés par une autre formation.

L’objectif est évidemment que ces deux joueurs percent la formation de l’équipe la saison prochaine, mais pour y arriver, ils devront connaître le meilleur camp d’entraînement de leur carrière.

Ce que Jarred Tinordi doit améliorer, c’est sa prise de décision avec la rondelle et, évidemment, sa première passe.

Pour Michael Bournival, il devra se faire remarquer un peu plus sur la patinoire, ce qui n’a pas toujours été le cas lors des 29 matchs disputés avec le Canadien cette saison.

 
 

QUE FAIRE DE JONATHAN DROUIN ?

La direction du Lightning se concentre présentement sur la troisième ronde face aux Rangers, mais il y a un dossier qui risque de faire jaser durant la saison morte et c’est celui de Jonathan Drouin. Le jeune attaquant de 20 ans a disputé toute la saison avec le Lightning, mais il est complètement ignoré par son entraîneur, Jon Cooper, qui ne lui fait aucunement confiance. C’est donc dire qu’il ne fait plus partie des plans de l’équipe présentement et on est en droit de se demander aujourd’hui si Jonathan Drouin sera de retour avec le Lightning la saison prochaine. Si Steve Yzerman décide de se départir de ses services, je ne serais pas surpris que le Canadien cogne à la porte, parce qu’un jeune attaquant avec un tel talent ne court pas les rues. Il ne faut pas oublier non plus que Michel Therrien est un entraîneur qui excelle avec des jeunes joueurs.

UN DÉFENSEUR SVP

Patrick Roy quittera Denver pour Québec dans quelques jours, où il assistera à la Coupe Memorial qui commencera le 21 mai. L’Avalanche n’a pas été en mesure de participer aux séries cette saison, alors que Semion Varlamov a subi une blessure à l’aine avec laquelle il a dû composer dès le départ. Ce n’est un secret pour personne, mais ce que l’Avalanche recherche présentement, c’est un défenseur de qualité et son acquisition ne se fera pas via le marché des joueurs autonomes sans compensation, mais plus par une transaction. Il faudra être créatif pour atteindre cet objectif du côté de l’Avalanche.

PAS ASSEZ DE PÉNALITÉS

On ne peut absolument rien reprocher aux arbitres Steve Kozari et Dan O’Halloran dans le premier match de la série entre le Lightning et les Rangers, samedi. Ils ont décerné trois pénalités consécutives aux Rangers en troisième période, et ce, alors que le match était disputé au MSG. Le problème toutefois, dans les séries de 2015, c’est que les arbitres ont décidé de ranger leurs sifflets: il n’y a que 5,8 pénalités décernées par rencontre, alors que, comme Larry Brooks le rapportait dans sa chronique du New York Post hier, il y en avait 8,5 lors des séries de 2004.