/opinion/columnists
Navigation

Le Roi Harper

Coup d'oeil sur cet article

Tous savent que Stephen Harper a une admiration sans bornes pour la monarchie, mais on s’aperçoit maintenant que le premier ministre agit comme les monarques le faisaient il y a plusieurs siècles.

Tous savent que Stephen Harper a une admiration sans bornes pour la monarchie, mais on s’aperçoit maintenant que le premier ministre agit comme les monarques le faisaient il y a plusieurs siècles.

La monarchie demeure un système archaïque qui a quand même dû réduire ses pouvoirs devant la montée des mouvements démocratiques.

Le premier ministre conservateur rêve de retourner des siècles en arrière et de gouverner sans aucune limite comme cela se faisait au temps de la monarchie absolue. Son mantra ressemble à s’y méprendre à celui de Louis XIV: «L’État, c’est moi!» Le Roi Soleil avait toutefois prononcé ces paroles en 1665 et nous sommes en 2015!

Je caricature, mais reste que le comportement antidémocratique du premier ministre du Canada est très inquiétant.

Trois exemples récents illustrent le mépris de Stephen Harper pour la démocratie.

Khadr

Il n’y a pas de preuve solidement établie qu’Omar Khadr a tué un soldat américain. Mais il a fait partie d’un groupe terroriste et il a certainement commis des actes d’une gravité extrême. Cela étant dit, Omar Khadr n’était pas un adulte et était une victime d’un père dénaturé qui n’a pas hésité à faire de son fils un enfant soldat.

Le Canada a signé les conventions internationales interdisant d’utiliser des enfants pour faire la guerre, mais la signature du Canada ne vaut pas cher pour Stephen Harper puisqu’il la renie quand bon lui semble. Il est tout de même paradoxal que le même premier ministre demande de combattre l’État islamique alors qu’une des nombreuses atrocités commises par ces fanatiques est justement de se servir d’enfants comme combattants et chair à canon!

Reste que le comportement antidémocratique du premier ministre du Canada est très inquiétant.

S’il faut lutter contre l’État islamique, on peut par contre douter des intentions qui animent Harper dans ce combat, car on ne peut à la fois dénoncer une pratique barbare qu’est celle d’utiliser des enfants comme soldats et ne pas reconnaître que ceux-ci, comme Khadr, sont des victimes.

Il a quinze ans Khadr aurait dû être traité, avant d’être libéré, car il avait subi un lavage de cerveau. Il fut plutôt emprisonné à Guantanamo...

Une loi rétroactive

Avant même que la loi sur les armes à feu ne fût votée, une demande d’accès à l’information fut faite. Or, l’information fournie par les autorités fédérales était incomplète. Le Commissariat à l’information ordonna que toute l’information soit fournie, mais, ô surprise, la GRC avait déjà détruit le registre, contrevenant ainsi à la loi. La police qui ne respecte pas la loi! Que faire, se dit le Roi Harper? La solution est simple: adoptons une loi rétroactive qui dira qu’il fut légal en 2012 d’agir illégalement!

Il fallait y penser, il suffit d’un tour de magie parlementaire pour réécrire l’histoire. Et gare à ceux qui oseront prétendre que le gouvernement se moque de l’État, car, rappelons-le, «l’État, c’est lui!».

C-51 et la vidéo

Le Roi avait décidé qu’il fallait créer un climat de peur pour adopter le projet de loi C-51. Il fit donc appel à sa maison de relations publiques, la GRC, pour diffuser la vidéo de l’attentat d’Ottawa. La GRC a donc obéi docilement au Roi. Ne dites surtout pas que c’était arrangé avec le «gars des vues»! Non, c’était avec Sa Majesté!

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.