/news/health
Navigation

Un Québécois déjoue les pronostics

Les résultats du traitement au laser pour sa tumeur au foie sont encourageants

«Je m’en allais mourir chez moi. J’ai pris l’avion et je suis allé en Allemagne. J’y retournerais sans hésitation», affirme Louis Cliche qui lutte contre un cancer du foie.
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUÉBEC «Je m’en allais mourir chez moi. J’ai pris l’avion et je suis allé en Allemagne. J’y retournerais sans hésitation», affirme Louis Cliche qui lutte contre un cancer du foie.

Coup d'oeil sur cet article

Condamné par les médecins québécois, Louis Cliche ne regrette pas d’avoir tenté le tout pour le tout en allant faire traiter son cancer du foie en Allemagne, puisque six mois plus tard, il déjoue les pronostics et savoure chaque jour cette petite victoire sur la maladie.

L’intervention au laser qu’il a subie, à la fin novembre, à l’hôpital universitaire Goethe de Francfort n’est pas accessible au Québec.

«Je suis retourné là-bas en mars pour un suivi. Les examens ont montré que la procédure au laser pratiquée par le Dr Thomas Vogl a été efficace pour détruire ma métastase au foie. C’est un réel soulagement», affirme le Lévisien de 73 ans qui souhaite interpeller le ministère de la Santé et l’Association des radiologistes interventionnistes du Québec, afin que cette technique au laser soit homologuée ici.

Louis Cliche et le Dr Thomas Vogl, en Allemagne.
Photo courtoisie
Louis Cliche et le Dr Thomas Vogl, en Allemagne.

Passer au suivant

Depuis que Le Journal a fait connaître, en décembre, l’expérience de M. Cliche en Allemagne, ce dernier a répondu à de multiples demandes d’information de partout au Québec sur ce traitement.

«Je suis heureux d’être vivant. Si je peux passer au suivant, tant mieux. Depuis janvier, près d’une quinzaine de Québécois sont allés en Allemagne, certains à plus d’une reprise. Plus des trois quarts des métastases au foie ne sont pas opérables. Au Québec, il n’y a pas de plan B. C’est chimio sur chimio, jusqu’à la mort», souligne M. Cliche.

Garder espoir

Les parents de Sabrina Pressé, 15 ans, qui combat un cancer du foie agressif, n’ont pas hésité une minute à faire appel à l’expertise du Dr Vogl. La famille de Thetford Mines entreprendra à la fin juin son quatrième voyage en Allemagne.

«Sabrina a trois tumeurs au foie, ce qui est extrêmement rare à cet âge. Elle a commencé en septembre 2014 une série de traitements de chimiothérapie. Au début décembre, les tumeurs avaient progressé d’un centimètre. Il fallait faire quelque chose. En Allemagne, elle reçoit de la chimio-embolisation, d’ici à ce que le Dr Vogl détermine s’il peut procéder à l’intervention au laser», explique la mère de Sabrina, Lise Pressé.

Chaque séjour à Francfort leur coûte autour de 20 000 $. «C’est la vie de notre enfant. Ça n’a pas de prix. Il n’y avait pas d’espoir pour Sabrina, ici. Ces traitements nous redonnent espoir. C’est un des plus beaux cadeaux que j’ai reçus», témoigne Mme Pressé.


Traitement au laser Medilas

  • Utilisé depuis plus de 20 ans en Allemagne
  • Impulsions par fibre optique pour brûler la tumeur
  • Assisté par résonance magnétique.
  • Autour de 5000 $
  • Homologué aux États-Unis depuis 1997
  • Non accessible au Québec

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.