/misc
Navigation

Coiteux et un syndicat se chantent la pomme

Coiteux et un syndicat se chantent la pomme
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) et Martin Coiteux ont eu un rencard et cela s’est si bien déroulé qu’il y en aura d’autres. Les deux clans se lancent même des fleurs.

 

Diamétralement opposés sur plusieurs sujets, Martin Coiteux et le syndicat semblent plutôt main dans la main lorsqu’il est temps de regarder comment régler les gaspillages dans les dépenses du gouvernement en informatique. C’était le sujet de discussion du rendez-vous. 

 

La rencontre a eu lieu vendredi dernier. Martin Coiteux et plusieurs membres de son équipe ont rencontré Richard Perron, président du SPGQ.  Ce dernier était accompagné du trésorier du SPGQ, Yves Vachon, un informaticien qui a longtemps œuvré dans la fonction publique.

 

« Monsieur Coiteux a tenu à rencontrer les représentants du SPGQ afin d’établir une collaboration entre notre syndicat et le gouvernement», a écrit M. Perron dans une lettre internet que j’ai obtenue.

 

« En organisant cette rencontre, le ministre Coiteux a reconnu l’importance de l’expertise du SPGQ au sein de la fonction publique», poursuit-il. « Le président du Conseil du trésor semble avoir très bien reçu le message. D’autres rencontres à ce sujet seront d’ailleurs bientôt à l’agenda», écrit M. Perron à ses membres.

 

Appelé à commenter cette rencontre, M. Perron en a ajouté : « Le respect et l’écoute était très grand de la part de M. Coiteux. Cela ne s’est pas limité aux commentaires de façade. On voit que M. Coiteux s’intéresse au contenu de la problématique. Il posait de bonnes questions et il a semblé apprécier les réponses que nous étions capables de lui donner», a commenté le président du SPGQ.

 

Si M. Perron a souvent été cinglant contre M. Coiteux, il dit vouloir reconnaître les bons coups. « Les syndicats, on n’est pas juste là pour chialer», rappelle-t-il, ajoutant que les discussions n’ont pas seulement concerné les ressources humaines, mais ont touché à l’ensemble des symptômes du bordel informatique.

 

Rappelons que le SPGQ s’était farouchement indigné de ne pas avoir été invité à la table des 16, soit un groupe de réflexion formé par Martin Coiteux afin de proposer des avenues à long terme pour redresser le dossier des technologies de l’information. Ça ne semble plus être un problème pour M. Perron qui évalue que le président du Conseil du trésor préfère collaborer directement avec son organisation.

 

Coiteux tout autant ravi

Du côté du cabinet de Martin Coiteux, on mentionne que la rencontre a été «positive et constructive».

 

«Le point de vue des employés de l’État via leurs représentants syndicaux est important. Ils font partie de la solution pour mieux contrôler les dépenses de l’État en informatique», a expliqué Marie-Ève Labranche, attachée de presse de M. Coiteux.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.