/news/health
Navigation

Ils recevront près de 30 M$ en primes de départ

Hôpital Verdun
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Les départs massifs à la retraite des cadres du réseau de la santé, causés par l’abolition de leur poste avec la loi 10, coûteront au moins 28 millions $ en indemnités aux contribuables.

Au 31 mars dernier, 654 cadres et hors cadres «administratifs» ont pris leur retraite et 315 partiront en préretraite d’ici un an, selon l’évaluation préliminaire du ministère de la Santé (MSSS).

Ces départs massifs sont directement liés à l’adoption de la loi 10 en février dernier, qui était la première étape de la réforme qualifiée de «bulldozer», du ministre de la Santé Gaétan Barrette.

Le 1er avril dernier, toutes les Agences de la santé ont été abolies, et des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) ont été créés.

Ainsi, 4000 postes de cadres et hors cadres administratifs ont été abolis. Ces gestionnaires avaient donc deux choix: prendre leur retraite ou demander à être replacés ail­leurs dans le réseau.

Comme leur poste était aboli, ils avaient droit à une indemnité de départ, qui atteint jusqu’à un an de salaire.

Le MSSS estime que ces centaines de départs coûteront au moins 28 millions $ en indemnités. Or, il s’agit de «données préliminaires qui peuvent évoluer chaque jour.»

 

Yves Bolduc, Pdg AGESSS
Yves Bolduc, Pdg AGESSS

Poussés vers la sortie

À l’Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux (AGESSS), on déplore l’attitude du Dr Barrette, qui a poussé les cadres vers la sortie.

«Plusieurs quittent avec le cœur gros, et le sentiment de ne pas avoir accompli leur devoir, réagit Yves Bolduc, président-directeur général de l’AGESSS. Il y a certainement une partie des 28 millions $ qu’on aurait pu récupérer en utilisant les gens de façon efficace.»

Par ailleurs, pas moins de 2772 cadres qui ont demandé à être replacés ailleurs dans le réseau sont toujours en attente.

« Insoutenable »

«On les garde dans une situation insoutenable. Ces gens-là sont dans le néant, ils ne savent pas où ils vont se retrouver, déplore M. Bolduc. Plusieurs sont au bord du burn-out.»

Une fois toutes les administrations en place, quelque 1300 postes de gestionnaires auront été abolis.

À noter que l’attente pour le replacement pourrait prendre jusqu’à 36 mois.

Et d’ici là, plusieurs cadres pourraient prendre leur retraite. Dans ce cas, le montant global des primes serait révisé à la hausse.

La direction de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux n’a pas rappelé Le Journal.


Départs à la retraite de cadres

L’adoption de la loi 10 a entraîné le départ à la retraite de près de 1000 cadres dans le réseau.
  • 31 mars 2015 654
  • 31 mars 2016 (préretraite) 315
  • En attente d’un replacement 2772
  • Postes de cadres abolis au 31 mars dernier Environ 4000*
  • Économies envisagées avec la loi : 10 220 M$ par an 
*1300 au total après réattribution de postes
 
 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.