/news/currentevents
Navigation

Transpercée au niveau de la nuque, une chatte s’en tire

Une chatte transpercée d'une flèche a été sauvée de la mort grâce à une amoureuse des animaux.
Photo Nancy Laperrière Une chatte transpercée d'une flèche a été sauvée de la mort grâce à une amoureuse des animaux.

Coup d'oeil sur cet article

ST-BRUNO-DE-GUIGUES | Une chatte qui vient d’accoucher a été retrouvée lundi matin transpercée d’une flèche à travers la nuque. L’animal a été sauvé de justesse par une âme généreuse.

Une petite chatte d’un an à peine a été sauvagement attaquée à l’arbalète hier matin à Saint-Bruno-de-Guigues, dans le Témiscamingue. Nancy Laperrière, qui fait partie d’un réseau de sauveteurs d’animaux, a récupéré l’animal chez une amie habituée de nourrir les chats errants. «La chatte était allée se cacher sous un lit. Mon amie pensait qu’elle avait une branche accrochée après le corps. La chatte était tellement traumatisée qu’il a fallu démonter tout le lit pour la récupérer.»

Un sauvetage particulier

Sans même penser aux coûts de l’opération, Nancy et son conjoint ont sauté dans l’auto pour se rendre chez le vétérinaire, situé à plus d’une heure de là. «On est partis tellement vite que mon fils était encore en pyjama. C’est un être vivant, je ne pouvais pas le laisser comme ça. Je paniquais!»

Une opération délicate

Dès leur arrivée, la vétérinaire Audrey Marquis a rapidement pris l’animal en charge. «La flèche d’arbalète traversait la nuque. Il a d’abord fallu prendre les signes vitaux et donner des médicaments contre la douleur et des calmants le temps de prendre des radiographies pour mesurer les dommages.» Pour ce faire, il a fallu couper la flèche de fibre de carbone avec des pinces.

Anesthésie générale

Après une anesthésie générale et des solutés, l’animal a enfin pu être opéré. «Il a fallu être extrêmement prudent et bien explorer la plaie pour éviter qu’aucun corps étranger ne reste sur place», a expliqué la vétérinaire. L’opération s’est finalement bien déroulée et a duré moins d’une heure. «C’est la première fois que je vois ça et j’espère que c’est la dernière. On sait que souvent, des gens se sont pratiqués sur des animaux avant d’agir sur des humains.» Au réveil, la petite chatte était saine et sauve et cherchait à allaiter ses chatons. Un de ses bébés a été retrouvé.

Des bons samaritains

La facture pour l’opération s’est élevée à près de 1200 $, mais grâce à de nombreux dons recueillis via les réseaux sociaux, Nancy n’a pas eu à assumer trop de frais. Devant la situation, la vétérinaire a elle aussi décidé de verser 500 $ de sa poche.

Enquête policière

Les policiers ont été alertés de la situation et ont ouvert une enquête pour cruauté animale. Plusieurs personnes ont été contactées et les services de police seraient déjà sur une piste.