/news/society
Navigation

La consigne pour lutter contre l’extrême pauvreté

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins de 2000 Montréalais ramassent des canettes et des bouteilles consignées dans les rues pour joindre les deux bouts et éviter l’itinérance, un cinq sous à la fois.

«Personne ne parle d’eux, personne ne les voit, mais ils font fonctionner le système de consigne. Sans eux, beaucoup de contenants consignés iraient à la poubelle», indique Marica Vasquez Tagliaro, fondatrice de la Coop Les Valoristes, qui offre un point de dépôt estival pour les contenants consignés.

Tout au long de l’été 2014, les 141 valoristes qui ont fréquenté la coopérative située sous le pont Jacques-Cartier ont rapporté plus de 300 000 canettes et bouteilles en 11 semaines.

Anti-itinérance

«Pour la plupart, c’est un mode de survie. Une manière de ne pas tomber dans l’itinérance ou d’éviter d’aller tous les jours à la banque alimentaire», explique Pierre Batellier, le président de la Coop.

Michel Lépine est de ceux-là. «Ça me permet de ramasser un peu de sous, de me gâter un peu», confie l’homme de 59 ans, en arpentant les rues du Village gai, sa routine du jeudi matin. «Je fais de l’exercice, c’est bon pour mon cœur», sourit-il.

Après avoir perdu son emploi de fonctionnaire, M. Lépine a sombré dans l’alcool et le jeu. Puis, son cœur a bien failli le lâcher. Après quatre pontages coronariens, incapable de travailler, il a fini dans la rue.

Grâce à l’aide d’un thérapeute, il vit maintenant dans un petit logement subventionné par la Ville. Mais face à l’augmentation galopante du prix de la nourriture, son maigre chèque d’aide sociale ne suffit pas à garnir le garde-manger.

Bouteilles de la SAQ

Ce matin, M. Lépine espère trouver assez de canettes et de bouteilles de bière vides pour s’offrir un morceau de viande. «Ça fait longtemps que je n’ai pas mangé un bon steak. Ce serait bon», salive-t-il en plongeant le bras dans un sac de recyclage pour attraper une canette de soda.

Juste à côté, un carton plein de bouteilles de vin s’en ira directement à la poubelle. «Si elles étaient consignées, ça me ferait beaucoup plus de sous, et en plus, ce serait bon pour l’environnement», souffle M. Lépine.

M. Batellier espère justement que le ministre de l’Environnement, David Heurtel, aura accouché de son projet de réforme et d’élargissement de la consigne d’ici la réouverture de son point de dépôt, mi-juin.

«Si la consigne est élargie, la gestion des contenants deviendra un enjeu pour les détaillants. Nous pourrions servir de centre de dépôt complémentaire», estime-t-il.

La Coop Les Valoristes fait partie des trois lauréats du Gala de reconnaissance en environnement et développement durable 2015.


Les valoristes en chiffres

  • 2000 à Montréal
  • Plus du tiers ont 55 ans et plus
  • 76 % possèdent un logement
  • Combien faut-il collecter de contenants pour gagner 10,65 $? 200 canettes à 5 ¢ ou 4 caisses de 24 bières
Source: Coop Les Valoristes