/news/currentevents
Navigation

Il voulait coucher avec la fille la plus jeune possible

Simon Girard Lévesque
Photo Agence QMI, Stéphane Grégoire Simon Girard Lévesque est resté stoïque pendant les deux heures où le juge Bonin a lu son jugement. Il a pris le chemin des cellules sans même se retourner pour dire au revoir à sa mère.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Un ex-militaire a réussi à obtenir des faveurs sexuelles de plusieurs adolescentes âgées de 12 à 16 ans en prétendant devoir relever le défi de coucher avec la fille la plus jeune possible.

Simon Girard Lévesque promettait même une compensation allant de la caisse de bière à 4000 $ à ses victimes originaires des régions de Québec et Lanaudière.

À l’aide de plusieurs comptes, l’ex-caporal de 27 ans, qui a servi en Afghanistan, demandait aux jeunes filles de devenir son ami sur Facebook.

52 accusations

Vulnérables, certaines d’entre elles ont accepté «pour avoir un plus grand nombre d’amis», a noté le juge Normand Bonin, vendredi, en déclarant l’accusé coupable de 47 des 52 chefs pesant contre celui qui a été membre de l’armée canadienne jusqu’en 2014.

D’abord banales, les conversations tenues sur Facebook, entre 2010 et 2012, étaient vite axées sur la sexualité.

L’ex-militaire répétait ensuite son manège avec des amies ou des proches des victimes. En tout, il a leurré 13 adolescentes, a eu des contacts sexuels avec cinq d’entre elles, en a agressé sexuellement deux et séquestré une.

Il les a toutes incitées à avoir des contacts sexuels avec lui.

Il a aussi été reconnu coupable de deux chefs de pornographie juvénile.

Girard Lévesque a entre autres offert 1200 $ à une fillette de 12 ans «pour faire un peu n’importe quoi» avec elle.

Sexe violent

Après lui avoir montré le montant de son compte bancaire sur son téléphone intelligent, il l’a amenée en voiture et l’a forcée à lui faire une fellation en la prenant par les cheveux.

Girard Lévesque s’est rendu chez une autre ado de 15 ans en l’absence de sa mère pour avoir une relation sexuelle non protégée avec elle.

Craignant qu’il soit violent, elle avait caché des couteaux partout.

Enfin, il a déchiré les vêtements d’une troisième adolescente en tentant de la dévêtir violemment. Cela s’est produit dans son appartement aux murs remplis de photos de femmes nues.

À son procès, l’accusé a révélé avoir contacté des ados pour vérifier l’ampleur d’un phénomène dont on lui avait parlé, soit que des enfants faisaient des fellations en échange de 5 $.

Il a dit faire une fixation pour protéger les enfants des pédophiles et pourchasser ceux-ci sur internet, a noté le juge Bonin, précisant que l’accusé «manque considérablement de crédibilité».

Girard Lévesque demeure détenu en attendant sa sentence.