/entertainment/movies
Navigation

8 secrets de tournage

Coup d'oeil sur cet article

Voilà presque un mois que l’équipe du film X-Men: Apocalypse a donné ses premiers coups de manivelle à Montréal. Puisqu’ils seront dans la métropole jusqu’en septembre, les acteurs vedettes du film ont décidé de profiter de la ville. Voici donc quelques secrets que Le Journal a pu dénicher, selon certaines sources, à propos des allées et venues des vedettes de X-Men, de même que sur la production de ce long-métrage.

Production imposante

Comme c’était le cas en 2013, avec le tournage de X-Men: Jours d’un avenir passé, le nouveau volet de la franchise

X-Men s’avère la plus imposante production à être venue à Montréal.

«C’est une production de plus de 250 millions $, mentionne ­Michel Trudel, patron des Studios Mel’s, qui ont monopolisé deux de leurs complexes pour ce long-métrage. Elle fait travailler plus de 800 personnes à temps plein durant six mois. À certaines périodes durant la production, le nombre d’employés peut monter jusqu’à 1200.»

Des millions en retombées

Avec des retombées économiques ­directes et indirectes de plusieurs ­millions de dollars, cette production est importante pour la ville de Montréal, fait mentionner Michel Trudel. «Ces gens-là paient des ­impôts. Le gouvernement avait réduit les crédits d’impôt de 25% à 20%. Il serait peut-être temps de les ­remonter, quand on voit les retombées que ça génère.»

C’est le 27 avril dernier que le réalisateur, Bryan Singer, commençait le tournage de ce nouveau X-Men. De façon très ­discrète, l’équipe avait tourné ses ­premières scènes à la Plaza Côte-des-Neiges. Elle y avait passé deux jours avec les acteurs Tye Sheridan (Cyclope), Kodi Smit-McPhee (Diablo), Sophie Turner (Jean Grey) et Lana Condor (Jubilé).

Profiter de Montréal

En plus de tourner de nombreuses scènes aux Studios Mel’s, Bryan Singer a mandaté son équipe pour dénicher ­différents lieux de tournage à Montréal. On se souvient que pour le tournage du précédent volet de X-Men, la production s’était déplacée à l’hôtel de ville et à ­l’Université McGill.

X-Men: Apocalypse comprend une ­impressionnante distribution, avec notamment Jennifer Lawrence, Olivia Munn, James McAvoy, Kodi Smith-McPhee et ­Nicholas Hoult.


Nom de code: Akkaba

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Si vous souhaitez apercevoir l’un des plateaux de ­tournage de X-Men en ville, il faut ouvrir l’œil pour découvrir de petites pancartes portant la mention «Akkaba», ou ­simplement «Ak». Akkaba était l’un des titres envisagé, l’an dernier, pour ce nouveau volet de X-Men, qui sera ­finalement intitulé X-Men: Apocalypse. Le nom Akkaba fait référence au clan ­Akkaba, une ancienne famille de mutants dont les origines remonteraient à il y a 5000 ans, en Égypte.

Jouer les touristes

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Une quinzaine d’acteurs du film se trouvent présentement à Montréal et y resteront jusqu’en septembre. Mais comme ils ne tournent pas tous en même temps, une partie d’entre eux se retrouve souvent avec des journées de congé. Quand ils le peuvent, les acteurs n’hésitent pas à faire des activités de groupe, sans se cacher. Ils seraient ainsi allés faire du go-kart, en plus d’aller au cinéma et de visiter le Cosmodôme de Laval. Kodi Smith-McPhee a notamment été aperçu en train de prendre des photos avec son cellulaire dans les rues de la métropole.

Par ici, Pitou !

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

 

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Au moins trois actrices du film, Alexandra Shipp, Olivia Munn et Jennifer Lawrence, ont amené leur chien à Montréal, ce qui signifie qu’elles doivent souvent s’en occuper et aller les ­promener. Dans les derniers jours, on a ainsi pu apercevoir Olivia Munn et Alexandra Shipp jouant avec leur animal entre deux scènes.

Entraînement intensif

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Le film comprenant plusieurs scènes de combat, les acteurs s’entraînent dans différents gyms, dont le Dax Gym, une académie spécialisée en arts martiaux située rue Fullum. «Ils ont un gym mobile et nous avons aussi un gym privé installé au Studio Mel’s 2», ­indique Michel Trudel.

La caverne d’Ali Baba

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Étant donné que la production du long-métrage nécessite une multitude d’accessoires de toutes sortes, l’équipe du film a loué un ­immense hangar sur la rue Notre-Dame pour les entreposer. «Ils sont dans [une usine], précise ­Michel Trudel. Ils entreposent des accessoires et tournent aussi quel­ques scènes à cet endroit.»

Une trentaine de lieux

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

L’énorme production pour ce nouveau X-Men a loué exclusivement les complexes 2 et 3 des Studio Mel’s pour les quatre ­prochains mois. Mais en plus de ces lieux de tournage intérieurs, l’équipe aurait aussi ciblé une trentaine de lieux extérieurs, dans la ville et ses environs, pour certaines scènes. Jusqu’à présent, une poignée d’endroits seulement auraient été visités, dont la Plaza Côte-des-Neiges. Il faut donc ouvrir l’œil, car vous pourriez bien apercevoir Michael Fassbender à un endroit que vous ne soupçonnez pas.

Deux équipes de tournage

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Dans le but de maximiser le temps de production, deux équipes travaillent simultanément à tourner des scènes, dans des lieux différents à Montréal. Il se peut ainsi fort bien que vous aperceviez des acteurs dans le Vieux-Montréal comme Lana Condor, tandis que d’autres tournent au même moment ailleurs dans la ville.

Des vélos pour tous

Photo Journal de Montréal, Mélissa Paradis

Afin de profiter de la ville durant leurs temps libres entre les scènes et pendant leurs journées de congé, les acteurs se sont fait offrir des vélos ­électriques par la production. Lors du tournage du film X-Men: Jours d’un ­avenir passé, en 2013, Jennifer ­Lawrence avait ainsi été aperçue avec sa bicyclette aux ­couleurs du film.