/entertainment/music
Navigation

Prince: tout feu tout funk au Centre Bell

Prince & 3RDEYEGIRL "HITnRUN" Tour - Montreal
AFP Prince sur la scène du Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre Bell s’est enflammé samedi soir aux rythmes funk de l’inclassable et indémodable Prince. Un spectacle de deux heures dans lequel l’artiste a galvanisé la foule avec ses grands succès et ses compositions plus récentes.

On sait que le prince de la pop ne fait jamais rien comme les autres. La preuve encore avec ce concert-surprise annoncé au Centre Bell deux jours avant sa venue à Montréal. Une habitude qu’il a prise pour sa tournée HITnRUN butinant selon ses goûts et ses humeurs les villes de l’Amérique du Nord à travers de retentissants passages éclair.

Et ce que Prince veut, son public le veut aussi. Il est apparu sur scène derrière un grand rideau violet entouré de son groupe du moment, les rockeuses de 3rdEyeGirl avec qui il a signé «PlectrumElectrum», l’un des deux nouveaux albums sortis simultanément l’année passée.

«Montréal!» a-t-il lancé plusieurs fois avant d’entamer le très cuivré «Let’s Go Crazy» issu de son disque acclamé «Purple Rain» écoulé à 20 millions d’exemplaires. Tout Prince était là. Écrans géants et microphone décoré de son fameux «Love Symbol», le chanteur clinquant ne s’est pas fait attendre pour mettre l’ambiance.

Prince & 3RDEYEGIRL "HITnRUN" Tour - Montreal
Photo AFP

Le morceau R&B contemporain «Guitar» et ses envolées instrumentales ont donné le ton pour un spectacle débridé et généreux. Il n’y a aucun doute, la bête au charisme fou manie toujours les cordes de sa guitare électrique comme jamais.

Ensuite, joueur, il a invité l’audience à scander Montréal en cœur. «Je suis content d’être parmi vous ce soir», a-t-il ajouté. L'iconoclaste a enchainé avec les chansons pop-rock «Annah Welton Drum Solo», «Take Me With U» et «The Beautiful Ones».

Fort de sa réputation scénique hors pair, il s’est alors délesté de sa guitare pour reprendre l’un des premiers succès de Michael Jackson, le morceau «Don't Stop 'Til You Get Enough». Cette version plus groove et jazzy que l’originale a donné l’opportunité pour Prince de se déhancher sur la scène. À bientôt 57 ans, l’homme n’a décidément pas perdu de sa fougue.

La foule n’en pouvait plus. Dès les premières notes de «Raspberry Beret», tous se sont levés pour applaudir et danser. Alors qu’il entonnait «Hot Thing», titre soul-funk du disque «Sign “☮” the Times», Prince a improvisé une piste de danse en invitant quelques chanceux à venir se défouler sur la scène avec lui.

Comme à son habitude, l’iconique leader a été généreux. Au moment de mettre sous presse, Rogers Nelson alias Prince, n’a jamais lâché son public des yeux. Riche d’une carrière entamée en 1978, l’artiste multi instrumentaliste aux 34 albums a enchaîné à la guitare ou au piano ses plus gros succès comme «Little Red Corvette», «When Doves Cry», «Kiss» sans oublier l’apprécié «Purple Rain».