/news/society
Navigation

«C'est une bombe» -Benoît Dutrizac

BenoÎt Dutrizac a commenté l'affaire Bugingo pour la première fois aujourd'hui

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Prenant l'antenne pour la première fois depuis les révélations du week-end au sujet de François Bugingo, Benoît Dutrizac a commenté l'affaire ce midi.

Une enquête de La Presse alléguant que Bugingo aurait inventé plusieurs reportages a été publiée samedi. Chaque semaine, François Bugingo commentait l'actualité internationale à l'émission de Dutrizac, au 98,5 FM.

«Sacré lundi. Toute une fin de semaine, je peux vous le dire», a dit d'emblée Dutrizac.

«C'est une bombe. C'est un collaborateur, un ami, a ajouté Dutrizac. Je tiens à dire que Bugingo n'a pas violé personne, n'a pas extorqué personne. Et je ne suis pas mandaté par Bugingo pour le défendre.»

«Je trouve que votre travail est pas mal irréprochable», a aussi dit l'animateur à la journaliste Isabelle Hachey. Isabelle Hachey est l'auteur des révélations faites au sujet de François Bugingo. Elle était l'invitée de Benoît Dutrizac ce midi.

L'animateur a cependant déploré que la version de François Bugingo n'ait pas été davantage mise de l'avant. Isabelle Hachey a indiqué s'être entretenue pendant plus d'une heure avec François Bugingo avant la publication de ses reportages. Dutrizac a suggéré qu'il aurait peut-être été bon de rendre disponible «le verbatim intégral» de cet entretien.

Au retour de la pause, l'animateur est revenu sur l'histoire.

Voici une transcription de son propos:

«On est tous ébranlés

Je ne crois pas au complot, à une guerre des médias.

Moi j’ai marché droit tout ma vie, j’ai refusé des privilèges, des invitations. J’ai passé la fin de semaine furieux. C’est pour ça que je n’ai rien dit de la fin de semaine. On ne peut pas dire qu’il y avait des doutes ici, il y avait des sourcillements. On est pas en mesure de vous dire ce qui est vrai et ce qui est faux. On le savait que l’article s’en venait. François nous en avait parlé un peu. Il a tout nié. Il nie toujours. Quand t’as de l’affection pour quelqu’un et qu’il te répond comme ça. Tu tends à tourner de regard. Il était avec nous pour "commenter" les nouvelles internationales et il le faisait très bien.

Toute la fin de semaine j’ai été hors de moi. En partie à cause de François, en partie à cause des charognards qui s’acharnaient sur lui.

C’est tout.»

Suspension

À la suite de ces allégations, le 98,5 FM, Le Journal de MontréalLe Journal de Québec et TVA Nouvelles ont choisi de suspendre François Bugingo.

Dans son enquête, La Presse affirme que le journaliste aurait décrit des scènes de guerre ou d’exécution dans plusieurs pays ces 20 dernières années en laissant croire qu’il y était, alors que ce n’était pas le cas.

Il n’aurait pas non plus participé à des négociations pour libérer des journalistes pris en otage par Al-Qaïda quand il était vice-président de la section internationale de Reporters sans Frontières (RSF).

La Presse s’appuie sur de nombreuses sources avec qui François Bugingo prétend avoir travaillé, comme des journalistes ou d’anciens dirigeants de RSF.

François Bugingo aurait lui-même nié avoir assisté à certains événements.

Le quotidien montréalais admet s’être lui-même fait berner en l’interviewant au fil des ans.

Message sur Facebook

François Bugingo n’a pas répondu aux demandes d’entrevue du Journal. Il a plutôt réagi en publiant un bref message sur sa page Facebook hier, en début d’après-midi.

«J’ai vu et lu cet article dégradant. (...) Je suis sidéré par cette attaque et je suis désolé que mes employeurs actuels y soient mêlés malgré eux», s’est-il indigné.

«Vous savez bien que l’information que je vous partage est toujours vérifiée, solide et respectueuse de votre attention», a-t-il écrit à son public, qu’il a remercié pour sa confiance et ses mots de soutien.

François Bugingo a ajouté qu’il défendra son intégrité le moment venu, devant les instances concernées.

Finalement, il a fait savoir tard dimanche soir par l'entremise de son avocate qu’il se retirait «de l’espace public pour préparer sa réponse».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.