/news/society
Navigation

Elle souhaite fêter ceux qui ne veulent pas d’enfants

Magenta Baribeau ne s’installera pas en famille pour un pique-nique dans un parc puisqu’elle a choisi de ne pas avoir d’enfants.
Photo marie-ève dumont Magenta Baribeau ne s’installera pas en famille pour un pique-nique dans un parc puisqu’elle a choisi de ne pas avoir d’enfants.

Coup d'oeil sur cet article

Égoïste, carriériste, immature, inutile, les préjugés sont encore présents contre les personnes qui choisissent de ne pas avoir d’enfants, c’est pourquoi une Montréalaise a décidé d’organiser une première fête des Non-Parents.

«Je n’ai pas de désir d’avoir d’enfant, tout comme je n’ai pas le désir de monter sur l’Everest. Pour moi, c’est aussi simple que ça, mais dans le deuxième cas, je n’ai jamais besoin de m’en justifier», lance d’entrée de jeu l’organisatrice de la fête, Magenta Baribeau.

Le concept de la fête des Non-Parents est né en Belgique en 2009. MmeBaribeau a assisté à l’édition 2010 en France et elle a décidé d’importer le concept à Montréal.

L’événement, qui se déroulera le 6 juin prochain au Bar populaire, a toujours lieu entre la fête des Mères et la fête des Pères pour marquer le manque de modèle sans enfant heureux et épanoui dans les médias ou dans la sphère politique.

«L’objectif est vraiment de faire la fête avec des gens qui vivent la même réalité et qui peuvent parfois se sentir seuls devant les préjugés qui persistent», mentionne celle qui est auteure du blogue Maman? Non merci!

L’ONU a rapporté en 2012 que 20% des femmes de 44 ans et plus n’ont pas d’enfants et le Center for Disease Control and Prevention estime que la moitié de ces femmes n’ont pas d’enfants par choix.

« On m’a dit que si je n’ai pas d’enfants, je vais rater ma vie ou encore que je ne suis pas utile » – Magenta Baribeau

« Rater ta vie »

Mais il est encore tabou de le dire ouvertement, insiste MmeBaribeau.

«On m’a dit que si je n’ai pas d’enfant, je vais rater ma vie ou encore que je ne suis pas utile, comme si j’étais une citoyenne de seconde classe», s’insurge celle qui achève un documentaire sur le sujet.

Selon l’auteure du blogue Femme sans enfant, Catherine-Emmanuelle Delisle, il est courant d’entendre ce genre de discours dans une société qui valorise grandement la natalité.

«Il y a une véritable glorification de la mère, mais on peut vivre une belle vie sans enfant. Les gens ont tendance à penser que lorsqu’on s’implique ou qu’on est passionné par un sujet, c’est pour compenser le fait de ne pas avoir d’enfant. Mais on ne vit pas par dépit», soutient-elle.

Gisèle Palancz n’a jamais ressenti l’urgence d’avoir des enfants. Elle qui a été aidante naturelle auprès de son mari durant plusieurs années a vu à quel point la société favorisait la natalité lors de son décès.

«À l’enterrement, il y a une dame qui a dit “au moins il n’avait pas d’enfant”. Et alors? Je n’arrivais pas à comprendre. L’entourage est tout de même dévasté, il n’avait que 47 ans», raconte celle qui a publié l’essai Pas de bébé à bord en 2011.

Plus vert

Les raisons de ne pas avoir d’enfant sont diverses, mais la volonté de préserver l’environnement gagne des adeptes. Élise Desaulniers en fait partie.

«Les enjeux environnementaux sont fondamentaux. Un Canadien émet 10 fois plus de gaz à effet de serre qu’un Asiatique. Rajouter un Occidental bousillerait les petits gestes verts que je fais au quotidien», mentionne-t-elle.