/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La vie horrible de Jay Baruchel

Jay Baruchel
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

«Traumatisant». «Insoutenable». Situation ethnique «empoisonnée».

«Traumatisant». «Insoutenable». Situation ethnique «empoisonnée».

Ce vocabulaire dramatique a été utilisé récemment par le comédien montréalais Jay Baruchel. Parlait-il des attaques de Boko Haram au Nigeria? Faisait-il référence aux minorités chrétiennes et yazidies pourchassées par l’État islamique?

Non! Le p’tit gars de NDG, qui fait carrière à Hollywood, mais qui avait toujours continué à habiter à Montréal, parlait des dernières élections au Québec (qui l’ont «traumatisé») et du débat autour de la charte (qu’il a trouvé «insoutenable»).

Et parce que le débat sur la langue lui donne «très mal à la tête», Baruchel déménage à Toronto.

Là-bas, mon Jay, comme les francophones sont minoritaires et prennent leur trou, tu vas avoir la sainte paix. Pas de francos pour t’emmerder avec leurs revendications achalantes.

Indépendance = idiot 

Dans la Gazette de vendredi, le comédien (qu’on a vu dans Million Dollar Baby et Goon), a expliqué pourquoi il quittait Montréal pour la Ville Reine. «En plus de ce truc idiot (le débat sur l’indépendance), dont j’aimerais qu’il disparaisse, mais qui ne disparaîtra jamais, c’est le type de dialogue ethnique empoisonné qui m’a vraiment, vraiment laissé un goût amer.»

Ce serait donc la charte qui a fait fuir Baruchel? Pourtant, elle est morte et enterrée, et même le PQ la renie. Baruchel a-t-il peur des revenants?

«Il y a certains sujets éditoriaux au Québec qui datent d’il y a 100 ans, man», a déclaré Baruchel au journaliste Brendan Kelly.

Zut, vous imaginez comme c’est lassant pour les Anglos, qui nous entendent depuis 100 ans demander à être respectés?

101 misères 

Ça me fait rigoler, les apôtres du multiculturalisme qui se gargarisent avec la richesse ethnique du Québec, mais qui font de l’urticaire parce que les francophones veulent défendre le français. On applaudit quand les Latinos, les Asiatiques et les Africains célèbrent leur culture, mais quand les francophones veulent célébrer la leur, on a mal à la tête?

En 2013, Baruchel s’est fait demander par un journaliste de La Presse: «Malgré ta carrière à Hollywood, tu as fait le choix de rester à Montréal. Qu'est-ce qui te plaît le plus ici?».

«Tout! On est des bébés gâtés! a-t-il répondu. On a les meilleurs restaurants, c'est multiculturel, on est différents et pourtant, on est unifiés 99 % du temps.»

Oui, c’est une bonne définition pour les gens comme Jay: des bébés gâtés. Ils sortent de la pièce en claquant la porte quand ils sont contrariés.

J’aimerais lancer un petit défi à Jay Baruchel... Qu’il fasse le tour de Toronto avec un francophone. Combien de services pourra-t-il obtenir en français, l’«autre» langue officielle?

Alors qu’à Montréal, les Anglos bénéficient d’universités, d’écoles et d’hôpitaux dans leur langue.

1-800-AIDEZ-NDG

La citation la plus ridicule de Jay Baruchel reste celle-ci: «Je m’ennuie de NDG, mais il se trouve que ce quartier est dans une partie du monde assez difficile».

Je suis sûre qu’en Syrie, ils pleurent sur le sort des habitants opprimés de Notre-Dame-de-Grâce, forcés d’entendre «Bonjour, Hi!» quand ils commandent un cornet au Ben & Jerry’s de l’avenue Monkland.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.