/news/society
Navigation

5 raisons pour lesquelles le Casino de Mont-Tremblant est un mauvais pari

Casino de Mont-Tremblant
Photo courtoisie En 20 ans, le nombre de casinos situés à proximité du Québec s’est multiplié, passant de 14 à 83.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-TREMBLANT – À la veille du sixième anniversaire du Casino Mont-Tremblant, Le Journal vous explique en cinq points pourquoi la création de cet établissement constituait une mise douteuse.

1. En 2002, près de 2000 citoyens de la région ont signé une pétition contre l'implantation d'un casino à Mont-Tremblant. La direction de la Santé publique des Laurentides s’est également opposée au projet. Loto-Québec est allée de l’avant, mais a dû reporter l’annonce de la construction d’une semaine à la suite du suicide d’un client au Casino de Montréal.

2. Aucune étude de faisabilité n’a été effectuée pour mesurer la rentabilité éventuelle de ce quatrième casino québécois. Le succès de l’établissement reposait en bonne partie sur la construction d’un hôtel haut de gamme de 450 chambres annexé au casino. Le projet n’a jamais vu le jour.

3. Après six mois d’opération, le Casino Mont-Tremblant indiquait des revenus de 15,5 M $. Lors de son ouverture en juin 2009, Loto-Québec prévoyait en tirer 50 M $ par année. En 2013-2014, l’établissement a subi une baisse de profits de 17 %, terminant l’année 2014 avec un maigre surplus de 17 281 $. Les revenus continuent de chuter.

4. Loto-Québec misait sur la clientèle internationale pour attirer des joueurs au nord de Montréal, mais depuis la crise de l’immobilier en 2008, l’achalandage dans les casinos du monde entier est plutôt à la baisse. À elle seule, la loi anti-tabac a engendré une diminution de la clientèle de 5 à 10 % et ce, partout sur la planète.

5. Les Québécois s’adonnent moins aux jeux de hasard et d’argent que le reste des Canadiens. À 577 $, la dépense par adulte au Québec est la plus faible au pays, la moyenne canadienne étant de 746 $. Depuis 2009, année d’ouverture du Casino Mont-Tremblant, les Québécois boudent de plus en plus le jeu. Entre mars 2009 et mars 2013, on note une diminution de 11 % de cette activité.

Selon Alain Dubois, fondateur et porte-parole de la coalition EmJEU, Loto-Québec a trop misé sur la multiplication de l’offre de jeu pour élargir sa clientèle. «À Mont-Tremblant, on pensait que les skieurs allaient jouer à l’argent. En réalité, ce n’est pas la même clientèle», soutient ce spécialiste des dépendances.

Le Casino Mont-Tremblant est de nouveau ouvert sept jours sur sept depuis le 18 mai et offrira des heures prolongées du 22 juin au 13 septembre. Loto-Québec mise sur son restaurant haut de gamme et son offre de spectacles variés pour attirer une nouvelle clientèle dans son giron.