/news/education
Navigation

Des manifestants perturbent la séance extraordinaire du conseil des commissaires de la CSDM

Des professeurs ont perturbé la séance du conseil de la CSDM pour protester contre le plan de compressions

Les membres du comité exécutif patientaient dans la salle du conseil.
Photo Dominique Scali Les membres du comité exécutif patientaient dans la salle du conseil.

Coup d'oeil sur cet article

Des enseignants ont perturbé hier la séance du conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) au cours duquel a été adopté un plan de compressions demandé par le gouvernement.

«Il est clair que les commissaires ont pris le parti du gouvernement pour accepter les coupures qui vont affecter directement les élèves», dénonce Martin Bibeau, vice-président de l’Alliance des professeurs de Montréal.

Les commissaires étaient justement réunis pour adopter un plan censé ramener la CSDM dans les bonnes grâces du ministère de l’Éducation, qui menace de placer l’organisation sous tutelle.

Vers 18h20, des manifestants sont entrés dans la salle du conseil en soufflant dans des sifflets, scandant «protégeons l'école publique, dénonçons les compressions.»

23 millions $

Des gardiens de sécurité ont tenté de bloquer l’entrée à la trentaine de manifestants. Une dizaine ont toutefois réussi à entrer et à gêner la séance, qui a dû être suspendue pendant une quarantaine de minutes.

«Il y a des moyens de se tenir debout face au gouvernement, qui appauvrit l'école publique, et particulièrement celle de Montréal», croit M. Bibeau.

Des professeurs faisaient du bruit pour perturber la séance.
Photo Dominique Scali
Des professeurs faisaient du bruit pour perturber la séance.

Une fois le chahut terminé, les commissaires ont bel et bien adopté leur plan budgétaire pour 2015-2016, qui prévoit des compressions de 23 millions de dollars. Sur deux ans, les compressions s’élèveront à 40 millions.

Afin d’y arriver, 17 postes de directeurs adjoints seront abolis. Le transport scolaire et les services alimentaires seront entre autres touchés, mais le détail des conséquences sur les élèves reste encore à être précisé.

Menace de tutelle

Ce plan implique tout de même un déficit prévu de 17 millions de dollars. La CSDM doit donc demander la permission du ministère avant d’aller de l’avant avec ce budget.

Le feu vert de Québec n’est toutefois pas gagné d’avance, le ministre François Blais ayant fait savoir par la voix de son attachée de presse plus tôt hier qu’il était insatisfait des démarches de la CSDM.

Se basant sur un rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton qui dépeint une image négative de la gestion de la CSDM, le ministre avait brandi la menace d’une tutelle en avril dernier.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.