/news/health
Navigation

Des risques pour la sécurité de la population et des patients suicidaires

Comprendre nos mécanismes de défense
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de professionnels de la santé mentale dans le réseau public présente un risque pour la sécurité de la population et des patients vulnérables ou suicidaires, s’inquiètent les psychologues. Ils manifesteront vendredi devant le bureau du ministre Gaétan Barrette.

Le gouvernement Couillard vient d’abolir une prime de rétention de 10 % mise en place pour freiner l’exode des psychologues du public vers le privé. Seulement 2179 des 8635 psychologues québécois exercent au sein du réseau de la santé.

«La situation de la santé mentale au Québec, je pense que le ministre Barrette, il s’en fout carrément», déplore Martin Bourque, psychologue au CSSS du Haut-Richelieu.

Les personnes qui ont les moyens de se payer des services au privé ont un accès immédiat à une psychothérapie, alors que les autres doivent prendre leur mal en patience, insiste-t-il.

On laisse des patients suicidaires, des toxicomanes et des gens avec des troubles de la personnalité souvent très impulsifs sur des listes d’attente pendant des mois, renchérit le psychologue. Les délais d’attente dans le réseau public sont de trois à neuf mois.

Craintes

«C’est sûr que le risque qu’il arrive quelque chose est élevé, des risques de passage à l’acte d’un suicide, d’un passage à l’acte de violence, soutient Martin Bourque. Il y a un risque pour la population.»

Des craintes que partage le regroupement des psychologues du réseau de la santé de la Montérégie. «Certaines personnes gravement atteintes et non traitées peuvent même menacer la sécurité publique. On n’a qu’à penser aux actes commis récemment par des loups solitaires», peut-on lire dans leur communiqué.

Un psychologue qui commence dans le réseau de la santé gagne 30 $ l’heure. Il touchera 45 $ l’heure après dix ans de services. Au privé, les psychologues sont rémunérés entre 80 et 120 $ l’heure.

Quelque 200 psychologues œuvrant dans le public ont l’intention de se faire entendre vendredi midi devant le bureau du ministre Gaétan Barrette à Brossard.