/lifestyle/techno
Navigation

L’autre pari risqué d’Apple

Apple MacBook
Photo Courtoisie Apple MacBook

Coup d'oeil sur cet article

Dans le passé, le MacBook d’Apple faisait le bonheur des étudiants universitaires branchés en leur fournissant un mélange de productivité, de divertissement numérique et de connectivité attrayant, pour un prix somme toute honnête. Lancé dans l’ombre de l’Apple Watch, le tout nouveau MacBook remplace une partie de cette équation par un design relevé et une connectique postmoderne, mais limitée.

Dans le passé, le MacBook d’Apple faisait le bonheur des étudiants universitaires branchés en leur fournissant un mélange de productivité, de divertissement numérique et de connectivité attrayant, pour un prix somme toute honnête. Lancé dans l’ombre de l’Apple Watch, le tout nouveau MacBook remplace une partie de cette équation par un design relevé et une connectique postmoderne, mais limitée. Un pari fort risqué, s’il en est.

À 1550 $, le nouveau MacBook n’est pas donné, mais n’est pas particulièrement plus cher que des modèles rivaux à configuration similaire. Cela dit, il est à la fois plus haut de gamme et plus bas de gamme que le MacBook Air, le portable qui fait office de couteau suisse grand public chez Apple. Son prix de départ est plus élevé que le prix du MacBook Air le plus coûteux. Son moniteur ­Retina de 12 pouces, son design ultramince (il fait 1,3 cm d’épaisseur à la base), son poids plume de 920 grammes et, surtout, son boîtier en aluminium doré, anthracite ou gris, en font un appareil plus prestigieux que bien d’autres.

Sa mécanique plutôt modeste, malgré une ­autonomie supérieure à d’autres portables ­similaires, un clavier aux touches lisses et glissantes et un pavé tactile nouveau genre, eux, rendent ce nouvel appareil plus difficile d’approche. Ce pavé tactile est une innovation en soi, remarquez: le cliquet est remplacé par un moteur électronique qui simule la sensation du clic, quand on appuie dessus. Et le pavé réagit différemment selon qu’on appuie doucement, ou lourdement, à un, deux ou trois doigts.

Douglas Englebart, l’inventeur de la souris, doit se retourner dans sa tombe!

On soupçonne qu’une fois la technique apprivoisée, on devient un magicien du pavé tactile. De l’avis d’un seul homme, rien ne battra jamais une souris ergonomique bien calée dans la paume de la main.

Apple MacBook
Photo courtoisie

USB-C pour les nuls

Apple voulait manifestement faire de ce MacBook une véritable vitrine technologique, en introduisant, en grande première, le port USB-C. Cette connexion élimine la plupart des défauts des ports USB antérieurs. Le débit de transfert de données grimpe à 5 mégabits/seconde, et on y branche un câble (compatible) dans un sens ou dans l’autre, et ça marche.

Seul hic, comme c’est nouveau: il existe peu de périphériques compatibles. Ça prend un adaptateur, coûteux de surcroît, que vous devrez presque obligatoirement acheter vu que le MacBook ne possède aucune autre sortie physique, outre la prise 3,5 mm pour un casque d’écoute. Tout passe donc par ce seul et unique port USB-C, même l’alimentation.

Cela dit, on peut charger le MacBook à partir d’une pile d’urgence, ce qui est nouveau. Sa propre pile, de toute façon, s’en tire pas mal non plus. Elle occupe l’essentiel de l’espace sous le capot, et livre 11 à 12 heures par charge de boulot et de divertissement en tout genre (texte, web, vidéo, etc.).

Ça se corse quand on soumet l’appareil à des tâches plus complexes. Le processeur Core M est conçu pour être léger et compact, pas ­musclé et puissant. Il est destiné aux appareils mobiles plus haut de gamme. Surtout, il n’a pas besoin de ventilateur pour se refroidir, rendant son fonctionnement plus doux et plus silencieux. Cela dit, Mac OS 10.10 Yosemite l’exploite de ­superbe façon: ses limites sont moins apparentes que sous le capot de produits concurrents à système Windows. Le montage vidéo pleine HD avec iMovie est même un charme!

Bref, Apple livre un nouveau MacBook qui ne fera pas l’affaire de tous, au contraire. On peut se demander pourquoi on a décidé, à Cupertino, de s’imposer certaines limites en apparence inutiles, comme cet unique port USB-C. On peut faire bien des choses avec une antenne WiFi et du Bluetooth, mais pas tout. Pour ceux que ces limites n’agacent pas, ce MacBook livre tout de même la marchandise de belle façon.

Apple MacBook
Photo courtoisie

Apple MacBook

  •  Portable ultramince à écran Retina de 12 pouces (2304 x 1440 px)
  •  Processeur à double cœur Core M d’Intel (1,1 GHz-1,2 GHz)
  •  8 go de mémoire vive
  •  256 go de stockage (512 go en option)
  •  WiFi AC, Bluetooth 4.0
  •  Port USB-C 3.1, sortie audio 3,5 mm
  •  À partir de 1550 $

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.