/news/politics
Navigation

La CAQ réclame des changements dans la fiscalité des concours

Le Québec souvent exclu de tirages à l’instar de la Corée du Nord ou de Cuba

Récemment, un concours pour rencontrer les membres du populaire groupe U2 à Montréal a été organisé, mais il est impossible pour les Québécois d’y participer.
photo d’archives Récemment, un concours pour rencontrer les membres du populaire groupe U2 à Montréal a été organisé, mais il est impossible pour les Québécois d’y participer.

Coup d'oeil sur cet article

Comme la Corée du Nord, Cuba, l’Iran et le Soudan, le Québec se retrouve trop souvent exclu des concours publicitaires, en raison de règles fiscales exagérées, constate la Coalition avenir Québec, qui réclame des changements.

Selon le parti de François Legault, le gouvernement doit profiter de la réforme de la fiscalité promise par le premier ministre Philippe Couillard pour revoir la législation québécoise en matière de concours.

Jacques Parizeau avait «l’imagination fiscale assez fertile» en 1978, lorsqu’il a mis en place différentes règles, qui ont eu pour effet de «taxer les concours», a relaté le critique caquiste en finances, François Bonnardel.

«On est dans une réglementation fiscale archaïque, d’une autre époque, considère le député de Granby. C’est complètement débile qu’en 2015, on en soit encore à exclure les Québécois de concours mondiaux.»

Situation ridicule

Les exemples où les Québécois sont exclus sont nombreux. Le cas le plus récent est sans aucun doute celui du concours organisé pour rencontrer U2 à Montréal, mais auquel les Québécois ne sont pas admis.

François Bonnardel, CAQ
Photo courtoisie
François Bonnardel, CAQ

C’est que l’organisateur du concours, Guy Laliberté, a associé sa fondation, One Drop, au site Prizeo. Dans une vidéo YouTube, le chanteur Bono invite même les fans québécois à participer en grand nombre... Mais le site Prizeo exclut systématiquement les Québécois de sa plateforme de concours.

D’autres se souviendront également du concours de photos du National Geographic, auquel les Québécois ne pouvaient participer. Le célèbre magazine avait justifié sa décision par les lois restrictives qui s’appliquent au Québec avec les concours.

« Complètement fou »

«On pouvait lire, plus bas, la liste des pays ou des États exclus: Québec, Corée du Nord, Cuba, Iran, Soudan, se souvient M. Bonnardel. C’est complètement fou!»

En plus d’un dépôt à titre de caution en cas d’insolvabilité, l’entreprise qui organise un concours publicitaire doit payer à la Régie des alcools, des courses et des jeux, des droits correspondant à un pourcentage (voir tableau) de la valeur des prix offerts.

La CAQ souhaite que sa proposition se retrouve dans la prochaine mise à jour économique du ministre des Finances, Carlos Leitão.

Concours publicitaires de 100 $ et plus
Prix offerts à des participants...
% de la valeur des prix payable à la RACJ
Du Québec exclusivement
10 %
Du Canada exclusivement
3 %
Du Québec et de l’extérieur du Canada
0,5 %

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.