/sports
Navigation

Le maillot jaune à Dal-Cin

L’équipe Silber pro Cycling peut dire mission accomplie au Grand Prix cycliste

Matteo Dal-Cin (à gauche) a été sacré grand vainqueur du Grand Prix cycliste de Saguenay, conservant le maillot jaune de meneur.
photo Journal de Québec, roger gagnon Matteo Dal-Cin (à gauche) a été sacré grand vainqueur du Grand Prix cycliste de Saguenay, conservant le maillot jaune de meneur.

Coup d'oeil sur cet article

Ce ne fut pas facile, mais Matteo Dal-Cin et ses coéquipiers ont rempli leur mandat lors de la dernière étape du Grand Prix cycliste de Saguenay.

Ce ne fut pas facile, mais Matteo Dal-Cin et ses coéquipiers ont rempli leur mandat lors de la dernière étape du Grand Prix cycliste de Saguenay.

Dal-Cin, premier au classement général depuis la fin de la première étape, a su conserver le maillot jaune de meneur, en plus de voir son équipe terminer au sommet du classement cumulatif des équipes.

Au classement général, le coureur de Silber pro Cycling a terminé six secondes devant son coéquipier Ryan Roth. Guillaume Boivin, originaire du Saguenay, a complété le podium.

«L’équipe a travaillé tellement fort, a résumé Matteo Dal-Cin avec son flegme légendaire. C’est toujours difficile de conserver le maillot jaune de meneur mais quand on a une équipe comme ça, ça rend le travail plus facile.»

Attaques répétées

À n’en pas douter, Dal-Cin et ses potes n’ont pas eu le temps d’admirer le décor saguenéen hier. Dès le deuxième tour, ceux qui talonnaient le meneur au classement général ont lancé une échappée qui a duré un certain temps.

La jonction s’est finalement effectuée et les membres de Silber pro ont pu respirer plus aisément.

«On a bien contrôlé la course pratiquement toute la journée et ça a bien fonctionné, a juré Matteo Dal-Cin. Avec six gars aussi forts dans le peloton pour m’aider, je n’ai pas vraiment eu peur de perdre mon maillot jaune.»

Dur pour les nerfs

Si son protégé n’a pas montré le moindre signe de nervosité, Gordon Fraser est passé par toute la gamme des émotions.

«Le scénario idéal aurait de voir une échappée mettant aux prises des cyclistes qui étaient loin au classement général mais la situation qu’on a vécue, c’était la pire que je pouvais imaginer, a avoué le directeur sportif de Silber pro. Les gars ont bien géré la situation. Si j’avais eu une condition médicale particulière, je n’aurais pas terminé la course! Il y a eu de grands moments de nervosité.»

M. Fraser a tenu à rendre hommage à ses coureurs, pour qui il n’avait que de bons mots. «Le cyclisme est vraiment un sport d’équipe, a-t-il mis en contexte, ajoutant que le niveau de son équipe était nettement meilleur à l’an dernier. Ce n’est pas toujours évident mais on a besoin que tous nos coureurs soient à cent pour cent. C’est la clé et tout le monde était bien, autant physiquement que mentalement.»


La dernière étape a été marquée par 23 abandons. 49 coureurs ont finalement franchi le fil d’arrivée dans les délais.


LES MAILLOTS

JAUNE

(classement général): Matteo Dal-Cin

VERT (points):

Guillaume Boivin

BLANC (meilleur jeune):

Jason Lowndes

À POIS

(meilleur grimpeur): Bruno Langlois


Le maillot vert à Guillaume Boivin

Alors qu’il visait les grands honneurs, Guillaume Boivin a dû se rabattre sur le maillot vert, remis au meneur aux points.

Avec une quinzaine de secondes de retard sur le meneur au classement général, le cycliste de 26 ans a bien tenté de réduire l’écart, mais la bouchée était finalement trop grosse à gober.

«On a essayé fort et je pense qu’ils (les membres de Silber pro Cycling) ont peut-être eu un peu chaud, a révélé Boivin. Ils devaient commencer à être nerveux mais comme je le dis depuis le début de la semaine, ils ont une super équipe et chapeau à eux.»

Pas pleinement rassasié

Maillot vert sur le dos, celui qui a grandi dans la région n’était pas pleinement rassasié après ces quatre journées de course.

«C’est le fun de repartir avec le maillot vert et c’est une belle récompense mais c’est sûr que j’aurais aimé mieux avoir le maillot jaune, a convenu Guillaume Boivin. Il reste qu’on a perdu le Grand Prix lors de la première étape. On faisait juste courir après ce qu’on avait perdu.»

Débarqué à Saguenay avec une sérieuse entaille au genou, Boivin a indiqué que les sensations avaient été bonnes au cours du week-end.

«J’espère maintenant que ça va aller en crescendo», a-t-il conclu.