/misc
Navigation

François Legault se rapetisse

Coup d'oeil sur cet article

Qu’arrive-t-il à François Legault? Il multiplie depuis quelque temps les déclarations qui ressemblent à s’y méprendre à celles que faisaient les porte-parole du camp fédéraliste lors du référendum de... 1980!

Qu’arrive-t-il à François Legault? Il multiplie depuis quelque temps les déclarations qui ressemblent à s’y méprendre à celles que faisaient les porte-parole du camp fédéraliste lors du référendum de... 1980!

Rappelons-nous que Pierre Elliott Trudeau avait dit en 1977 que la rupture du Canada (c’est ainsi qu’il qualifiait la souveraineté du Québec) serait «un crime contre l’histoire du genre humain». Ce genre de déclaration était en parfaite continuité avec la vision qu’il avait dès 1962 du mouvement indépendantiste, car il disait alors que «L’histoire de la civilisation, c’est l’histoire de la subordination du nationalisme tribal à des appartenances plus larges».

Pour lui, le désir de plusieurs Québécois d’avoir leur propre pays relevait du tribalisme et la nation québécoise n’était que la manifestation de la volonté d’appartenir à une tribu.

1980 et 1995

On se souvient également que les ténors fédéralistes ratissaient le Québec en 1980 en affirmant que les personnes âgées perdraient leur pension. Jean Chrétien parlait de la «piasse à Lévesque» qui ne vaudrait que 65 cents. Ironiquement, en 1995, alors que Jean Chrétien était premier ministre du Canada, le huard passa sous la barre des 65 cents! Certains diront que nul n’est prophète en son pays, mais dans ce cas-ci vaudrait mieux dire «à beau mentir qui vient de près»!

Les leaders fédéralistes n’ont certes pas respecté la loi référendaire québécoise en 1995, mais ils ont réalisé que leurs déclarations alarmistes de 1980 n’effrayaient plus personne. Ils craignaient de provoquer une risée générale nuisible à leur cause.

Visiblement, il ne semble pas que François Legault ait compris la leçon.

Le chef de la CAQ a affirmé que l’arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du PQ nuirait au retour des Nordiques.

Faut-il rappeler que les Nordiques ont fait leur entrée dans la Ligue nationale de hockey en 1979, alors que René Lévesque et le PQ étaient au pouvoir et que le Québec se dirigeait vers un référendum? Pour suivre la tortueuse logique de François Legault (si logique il y a), faudrait-il conclure que nous devons l’arrivée des Nordiques à René Lévesque?

Legault contredit

Le propriétaire des Canadiens de Montréal, Geoff Molson, a vite fait de réfuter ce qu’il a appelé les «suppositions» de François Legault en déclarant au contraire qu’il souhaite l’arrivée des Nordiques dans la LNH, car cela créerait une belle concurrence entre Montréal et Québec, ce qui évidemment favorise les affaires.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, selon son habitude a été plus direct en déclarant que «Faut pas connaître la Ligue nationale pour dire ça. Je vais vous dire une chose: ces gens-là n’ont aucun état d’âme là-dessus. Aucun.»

Ainsi donc, les personnes directement impliquées dans le dossier rabrouent le chef de la CAQ qui non seulement a manqué une belle occasion de se taire, mais qui également perd toute crédibilité dans ce dossier.

Qui plus est, ce même François Legault avait dénoncé Jean Charest en 2012, lequel avait tenu des propos semblables aux siens. Le chef de la CAQ disait alors que le chef libéral semblait désespéré.

Legault est peut-être désespéré, mais il perd surtout toute dignité en s’abaissant ainsi.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.