/news/transports
Navigation

Une casquette qui empêche de s’endormir au volant

casquette dormir
Photo Courtoisie Katherine Sirois a présenté sa casquette qui empêche de dormir au volant lors de l’Expo-sciences.

Coup d'oeil sur cet article

BOUCHERVILLE | Une étudiante de 17 ans a inventé une casquette qui empêche les conducteurs de s’endormir au volant.

Le concept pensé par Katherine Sirois de Boucherville est bien simple. La casquette est munie d’une électrode avec pile qui capte instantanément le moment où le conducteur est sur le point de s’endormir et envoie un signal à un micro-ordinateur qui émet un son en une fraction de seconde.

L’étudiante a intégré un électroencéphalographe dans la casquette munie d’une électrode qui capte l’activité électrique du cerveau par le front. Quand l’électrode capte des ondes alpha, c’est signe que le conducteur est sur le point de s’endormir. L’ordinateur émet alors un son pour le réveiller.

Pour faire l’analyse, l’ordinateur doit être dans le véhicule avec la personne. C’est pourquoi celui utilisé est petit comme une carte de crédit. En recevant le signal, l’ordinateur sonne l’alarme, ce qui réveille le conducteur.

La casquette a coûté seulement 200$ à produire et l’étudiante aimerait en fabriquer à grande échelle et les commercialiser.

Sauver des vies

La jeune conceptrice de cinquième secondaire du Collège Durocher Saint-Lambert dit d’ailleurs aimer inventer des objets informatiques inusités qui peuvent sauver des vies.

Ce plus récent projet est encore à l’étape embryonnaire et ne peut fonctionner avec un téléphone intelligent, car, dit-elle, le processeur n’est pas assez puissant pour analyser les signaux émis par les ondes du cerveau.

Cependant, elle travaille déjà sur une nouvelle casquette qui pourrait s’avérer plus performante.

«J’ai aussi un deuxième projet qui a plus d’électrodes pour comparer les ondes captées à différents endroits du cerveau. L’endroit où il y a le plus d’ondes alpha, c’est juste au-dessus de la nuque, mais avec les cheveux le signal passe moins vite, ça prendrait de la crème et c’est moins propre, toutefois je travaille sur un concept plus perfectionné qui marchera encore mieux», promet-elle.

Études et invention

Les professeurs du Collège admirent son esprit créatif.

«C’est une fille qui a beaucoup de potentiel pour le génie, dit-elle, surtout en génie informatique, elle est acharnée, très curieuse et surtout persévérante. En plus, elle a une influence positive sur les autres étudiants», a raconté Josée Migneault, qui lui enseigne tous les jours.