/news/politics
Navigation

L’industrie du taxi s’inquiète de la légalisation des services d’Uber

Le ministère des Transports compte mettre en place plusieurs projets pilotes

«C’est un projet de loi qui ne précise rien, qui donne une carte blanche au ministre pour faire ce qu’il veut en décrétant que c’est un projet pilote», déplore le président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec, Abdallah Homsy.
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc «C’est un projet de loi qui ne précise rien, qui donne une carte blanche au ministre pour faire ce qu’il veut en décrétant que c’est un projet pilote», déplore le président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec, Abdallah Homsy.

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie du taxi craint que le ministre des Transports, Robert Poëti, soit en train de se donner carte blanche pour légaliser les services offerts par des entreprises comme Uber.

La commission des transports doit entamer mercredi les consultations relativement au projet de loi 36, qui prévoit diverses modifications législatives en transport collectif, dont la Loi concernant les services de transport par taxi, notamment.

Le projet de loi a été présenté sans tambour ni trompette, le 12 mai dernier, par le ministre Poëti.

«En matière de services de transport par taxi, le projet de loi confère au ministre le pouvoir de mettre en œuvre des projets pilotes visant notamment à étudier, à améliorer ou à élaborer de nouvelles règles applicables au transport rémunéré de personnes par automobile», avait alors déclaré M. Poëti au Salon bleu.

Sous l’article 11 de la pièce législative, il est précisé que ces projets pilotes seraient établis «pour une durée maximale de trois ans», mais que le ministre pourrait «prolonger d’au plus deux ans», donc pour une période maximale de cinq ans.

Une menace

Pour le président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec, Abdallah Homsy, l’article du projet de loi concernant les services de transport par taxi est carrément «inacceptable», trop peu précis, offre une trop grande marge de manœuvre au ministre des Transports et représente même une menace pour toute l’industrie.

M. Homsy craint que la valeur des permis de taxi – environ 200 000 $ actuellement – s’effondre.

«On ne peut pas hypothéquer la vie d’une industrie juste pour [...] un projet pilote», a indiqué M. Homsy, lorsque questionné par notre Bureau parlementaire.

Le ministre Poëti a déjà montré de l’ouverture envers l’application Uber, notamment en ce qui concerne la plateforme de paiement offerte aux chauffeurs de taxi, détenteurs en règle d’un permis. Il en est tout autre pour le UberX, également offert via l’application Uber, et qui permet à n’importe quel conducteur le transport de passagers moyennant un tarif plus bas que le service de taxi régulier.

«Je ne vois pas de lumière au bout du tunnel pour permettre UberX. C’est bien malheureux, c’est du transport illégal», avait dit M. Poëti, en février dernier.

«Pour ce qui est de UberX, la position du ministre n’a pas changé», a indiqué mardi l’attachée de presse du ministre Poëti.


Ce que stipule l’article 11 modifiant la Loi concernant les services de transport par taxi

«Le ministre peut, par arrêté, autoriser la mise en œuvre de projets pilotes visant à étudier, à améliorer ou à élaborer de nouvelles règles applicables au transport rémunéré de personnes par automobile ou encadrant plus particulièrement les services de transport par taxi. [...] Il peut également autoriser toute personne ou tout organisme à offrir un service selon des normes et des règles qu’il édicte, différentes de celles prévues par la présente loi et ses règlements.»


Le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec:

  • Taxi Coop
  • Taxi Laurier
  • Taxi 4000
  • 95 % des taxis de la région de Québec
  • Plus de 600 permis
  • 1200 chauffeurs et employés



 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.