/opinion/blogs/columnists
Navigation

Affaire Baruchel: Quelle mauvaise foi !

Jay Baruchel
photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’est le comble de la mauvaise foi !
 
Sur son blogue Steve Faguy de la Gazette m’accuse (ainsi que d’autres collègues ayant écrit sur le  sujet), d’avoir fait dire à Jay Baruchel des choses qu’il n’a pas dites, dans ma chronique sur le départ du comédien pour Toronto. Mais pour tenter de prouver son point, il me fait dire des choses que je n’ai pas dites ! Faut le faire...
 
Je laisserai mes collègues se défendre, ils sont majeurs et vaccinés. Mais voici une réfutation des accusations de Faguy. Les citations en italique sont tirées du texte de Faguy.
 
1- What he’s accused of saying: Quebec is like Syria (Bock-Côté, Durocher, Longpré, Petrowski, Ravary)
What he actually said: N.D.G. “happens to be located in a pretty difficult part of the world.”


Dans mon texte je ne dis nulle part que Baruchel compare le Québec à la Syrie. Voici précisément ce que  j'ai écris : «
Je suis sûre qu’en Syrie, ils pleurent sur le sort des habitants opprimés de Notre-Dame-de-Grâce. » Comment Faguy peut-il voir là une citation attribuée à Baruchel ???

 
 
 
 
 
2-What he’s accused of saying: Quebec sovereignists are stupid (Durocher, Ravary)
What he actually said: (In referring to the referendum debate) “Aside from that silly stuff, which I wish would just go away but it won’t...”
I guess French doesn’t have the proper translation for “silly”, but there’s a difference between calling an issue silly and saying the people talking about it are stupid
.
 
Nulle part dans mon texte de 540 mots je ne dis que Baruchel traite les souverainistes d’idiots. Je me limite à traduire sa phrase, littéralement, sans même la commenter.
« En plus de ce truc idiot (le débat sur l’indépendance ), dont j’aimerais qu’il disparaisse mais qui ne disparaîtra jamais, c’est le type de dialogue ethnique empoisonné qui m’a vraiment, vraiment laissé un goût amer. »




Monsieur Faguy, où est-ce que, dans cette phrase, je  laisse entendre que Baruchel traite les indépendantistes de stupides ? Où? Et la traduction de « silly » est soit « stupide » soit « idiot ». C’est donc le mot que j’ai utilisé, en allant directement à la source, soit le texte de la Gazette et non le texte de La Presse.


 
 
 
 3-What he’s accused of saying: Francophones celebrating their culture and defending their language gives him a headache (Bock-Côté, Durocher)
What he actually said: It’s the “kind of poisonous ethnic dialogue, which really, really left a sour taste in my mouth. It didn’t feel like the place that Mom wanted me to live in.”


Encore une fois, Faguy fait preuve de mauvaise foi. Il oublie de mentionner à ses lecteurs les vraies citations de Baruchel dans la Gazette. Qui sont les suivantes : «
And I won’t lie — Quebec’s politics did my head in. » « I either will just swallow it and make peace with it, like I always have, that this is part and parcel of what it is to live in Montreal, the political climate as it is. It was either shut up or move. It was untenable. It was my fault if I keep living someplace that keeps giving me a headache.
 
Le climat politique lui donne mal à la tête. Et quel est ce climat politique ?

Steve Faguy a peut-être oublié la participation de Jay Baruchel à la campagne "Ici on commerce avec amour". Il pourra lire mon texte à ce sujet pour se rafraîchir la mémoire. Monsieur Baruchel participe à une campagne qui qualifie de répressive la loi sur l'affichage en français. C'est un peu normal que quand il annonce qu'il quitte la province à cause de son climat politique, on fasse le lien avec les politiques linguistiques du Québec, non ?


.
4-What he’s accused of saying: He’s afraid the Charter of Values will return (Bock-Côté, Durocher)
What he actually said: It’s the “poisonous ethnic dialogue”, not the law, that was the problem.


 
 
C’est faux, je n’ai jamais écrit que Baruchel avait peur que la Charte revienne, j’ai posé la question : “
Baruchel a-t-il peur des revenants” ?

? Il y a quand même un monde de différence entre placer des mots dans la bouche de quelqu’un et l’interpeler pour lui poser une question ! Pour que Monsieur Faguy comprenne bien la différence, c'est comme si je disais "Faguy a-t-il mal aux dents ?" et non pas "Faguy affirme qu'il a mal aux dents". Do you understand the difference ?
 
Si Monsieur Faguy avait  copié-collé les extraits de ma chronique, ses lecteurs auraient très bien vu sa mauvaise foi. Mais il a choisi de tordre le cou à la vérité de mon texte pour me faire passer pour une méchante franco en croisade.