/news/education
Navigation

Vélos-pupitres pour élèves hyperactifs : bientôt une version québécoise améliorée

Vélo-pupitres
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Les vélos-pupitres installés dans une école primaire de Laval pour aider des élèves hyperactifs à rester concentrés en classe ont suscité tellement d’intérêt que l’instigateur du projet a décidé d’en créer une version québécoise améliorée.

C’est l’orthopédagogue Mario Leroux qui a eu l’idée de faire pédaler des élèves tout en travaillant. Grâce à un don privé, l’école Des Cèdres a récemment acheté quatre vélos-pupitres conçus par une entreprise américaine.

À la suite de la publication d’un article du Journal à la mi-mai, M. Leroux a reçu des dizaines d’appels, dont certains provenant même de la France et de la Belgique. Plusieurs médias l’ont contacté, de même que des directeurs d’école, des enseignants et des parents intéressés à s’en procurer. L’article a d’ailleurs été partagé 87 000 fois sur Facebook, du jamais-vu au Journal.

La nouvelle s’est même rendue jusqu’au Pérou, puisqu’une enseignante de Lima a contacté l’auteure de ces lignes pour en savoir plus.

«Il y a eu un déferlement de demandes que ma propre commission scolaire n’avait jamais vu jusqu’à maintenant. Il ne s’est pas passé une journée sans que je reçoive d’appels à ce sujet», indique M. Leroux.

Prototype québécois

Inspiré par cet engouement, l’orthopédagogue a décidé de se transformer en entrepreneur. Il travaille à la conception d’un prototype québécois de vélo-pupitre et a entrepris des démarches pour le faire breveter.

«Au cours des prochains mois, on devrait pouvoir sortir une version québécoise améliorée», affirme M. Leroux, qui permettra de corriger certaines lacunes du modèle américain présentement disponible.

La table de travail sera légèrement inclinée, pour éviter que les élèves ne soient trop penchés. Le pédalier, qui tourne présentement dans le vide, sera modifié afin que la résistance augmente avec la vitesse, ce qui permettra aux élèves qui en ont besoin de faire plus d’exercice.

M. Leroux est déjà en discussion avec un manufacturier intéressé à fabriquer le produit, qu’il refuse de nommer pour l’instant. Il est trop tôt pour dire si ce produit de conception québécoise pourrait être moins dispendieux que la version américaine, qui coûte environ 1000 $ chacun.

Ces vélos-pupitres sont particulièrement utiles pour les élèves qui ont de la difficulté à se concentrer en classe, affirme M. Leroux. De 5 % à 8 % des enfants présentent un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et les garçons ont trois fois plus de risque d’être atteints que les filles.