/travel
Navigation

La route du Nord, de la France au Danemark

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Voici un périple en train rapide et économique composé de six étapes: Lille, Bruges, Bruxelles, Amsterdam, Hambourg et Copenhague. Les lumières propres à cette partie du Vieux Continent, sa gastronomie délicieuse et son histoire ô combien riche devraient vous conquérir.

1- Lille, France (2 jours)

La plus grande ville du Nord de la France, située à une petite heure de Paris en train (environ 35 $ le billet de train), fait immédiatement tomber tous les a priori sur la morosité de la région. L’architecture flamande y est lumineuse, à l’image de la Vieille-Bourse, construite au 17e siècle. Comme pour toutes les villes ici citées, une découverte à pied ou en vélo est recommandée. Les ruelles pavées du Vieux-Lille, héritage restauré de la période préindustrielle, se savourent autant que ses nombreux estaminets (nom donné aux brasseries du Nord de la France), notamment dans la bien nommée rue de la Soif. On vous conseille d’y dévorer un «welsh», plat où le cheddar fond sur du pain et du jambon, le tout recouvert de bière. L’ambiance chaleureuse des établissements lillois devrait ajouter à la fête. On parie que vous serez tristes de partir.

2- Bruges, Belgique (2 jours)

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

À un peu plus d’une heure et demie de Lille (autour de 35 $ le billet), voilà la «Venise du Nord», un surnom donné également à Amsterdam et Stockholm. On comprend vite la comparaison; belle, Bruges l’est tout le temps, partout. Des balades dans le centre-ville, le long des canaux ou une découverte de la ville en bateau vous feront découvrir l’architecture médiévale de cette ville joyau. Les fameuses maisons avec pignons à redans symbolisent l’âge d’or de la cité marchande. Cette dernière reste toutefois limitée en termes d’activités; surtout, son attractivité touristique a rendu le prix des logements et des restaurants exorbitant pour ceux qui ont un budget serré – en cela, la comparaison avec Venise est une nouvelle fois justifiée. Le deuxième jour, en fin d’après-midi, prenez le train pour arriver en une petite heure à Bruxelles (pour environ 25 $), moins esthétique certes, mais plus vivante et accessible.

3- Bruxelles, Belgique (2 jours)

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

Cette triple capitale – de la Wallonie, de la Belgique et de l’Europe – fait figure d’énigme. La Grand-Place avec ses splendeurs gothiques et baroques, ainsi que les quelques édifices «art nouveau» émerveillent. Le reste laisse en revanche plutôt pantois. On rirait presque en découvrant la taille minuscule du Manneken Piss; quand les touristes choisissent de s’agglutiner tout autour, on peut même avoir du mal à voir cette statue d’un petit garçon en train de faire pipi, devenue une fierté nationale. Pour sa part, le quartier des institutions européennes étonne par son austérité. En réalité, «Bruxelles n’est pas une ville qui se voit, elle se vit», nous disent ses habitants. Oubliez les grands monuments, pensez plutôt à passer du bon temps en parlant avec des Bruxellois bons vivants, en buvant de la bière (le bar Le Délirium vous rendra presque fou par son choix innombrable de breuvages), en vous goinfrant de frites, de gaufres et de chocolat. C’est ça aussi, les vacances, non?

4- Amsterdam, Pays-Bas (3 jours)

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

À deux heures de Bruxelles (comptez 40 $), Amsterdam est l’une de ces villes européennes qui, comme Paris, Venise ou Bruges, frappe d’entrée par sa beauté. À peine descendu du train, on est happé par ces innombrables ponts, ces canaux, ces splendides maisons qui trônent au bord de l’eau. On reste aussi estomaqués devant la forte présence des vélos qui font la loi dans la ville (soyez avertis, vous allez vous faire klaxonner plus d’une fois). Allez en louer un dès que vous avez posé vos valises et roulez, flânez à travers la ville autant que vos mollets vous le permettent. On ne se lasse jamais de cette douceur de vivre néerlandaise. N’oubliez pas de passer par la case culture, Amsterdam offrant dans ce domaine deux chefs-d’œuvre: l’immense Rijksmuseum qui abrite notamment les tableaux de Rembrandt et de Vermeer, et le musée Van Gogh, qui offre pour sa part la possibilité de découvrir les œuvres du génie autodidacte.

5- Hambourg, Allemagne (2 jours)

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

La deuxième plus grande ville d’Allemagne, située à quatre heures d’Amsterdam (pour environ 80 $), n’a sans doute pas la célébrité qu’elle mérite. Moins folle que Berlin, moins monumentale que Munich, son activité maritime lui a malgré tout donné un cachet unique. Une visite au port, sur les rives de l’Elbe, s’impose, tant pour admirer les impressionnants docks que pour se balader dans le Speicherstadt, le quartier des entrepôts. La brique est omniprésente sur ces bâtiments de style néo-gothique séparés par des canaux. On pourrait profiter de cette petite Amsterdam ouvrière pendant des heures. Pour les gourmands, les «currywursts» et les bières sont évidemment au rendez-vous au centre-ville. Au nord, la présence du fleuve, une nouvelle fois, vous offre de beaux panoramas. Promenez-vous le long du bassin d’Alster. Une balade en bateau peut être une bonne idée pour achever votre court séjour.

6- Copenhague, Danemark (3 jours)

La route du Nord, de la France au Danemark
photo fotolia

Depuis Hambourg, il faut prendre là encore le train (près de 70 $), celui-ci «grimpant» même sur un ferry pour rejoindre l’île de Seeland où se trouve la capitale danoise, à cinq heures de la ville allemande. Copenhague est typiquement scandinave: chère, propre, verte, magique grâce au soleil, tristounette quand les nuages l’emportent. La statue de la petite Sirène, tirée du célèbre conte d’Andersen, veille sur le port de la ville, quelle que soit la météo. À l’image du Manneken Piss, on reste interloqué par la modeste taille du symbole de Copenhague. La balade le long du canal Nyhavn, avec ses maisons colorées, certaines plusieurs fois centenaires, elle, ne déçoit pas. N’oubliez pas le parc Tivoli, dont les décors théâtraux entourant les attractions et les manèges créent une atmosphère féerique, particulièrement le soir, grâce aux jeux de lumière. Tout aussi surprenant, mais dans un autre genre, un détour par Christiania, auto proclamée «ville libre» bâtie par un groupe d’altermondialistes (hippies, artistes... et aussi des drogués), donne une idée de la puissance des idées libertaires dans le royaume du Danemark. Il sera temps ensuite de penser à votre retour à Paris en avion (environ 70 $).


Quelques liens utiles