/sports/hockey
Navigation

Une première pour Alexandre Grenier

Alexandre Grenier (28), qui a totalisé 12 points en 18 matchs des séries, participera à la finale de la Coupe Calder à compter de ce samedi.
Photo Courtoisie, Lindsay A. Mogle/Utica Comets Alexandre Grenier (28), qui a totalisé 12 points en 18 matchs des séries, participera à la finale de la Coupe Calder à compter de ce samedi.

Coup d'oeil sur cet article

La finale de la Coupe Calder, dans la Ligue américaine de hockey se mettra en branle samedi soir, alors que les Comets d’Utica affronteront les Monarchs de Manchester, club-écoles respectifs des Canucks de Vancouver et des Kings de Los Angeles.

Le Québécois Alexandre Grenier, des Comets, vivra la première finale de sa carrière, après avoir perdu deux fois en demi-finale dans la LHJMQ, avec les Remparts de Québec et les Mooseheads de Halifax.

«Ces défaites avaient été assez difficiles, alors je suis excité d’avoir une chance pour la coupe cette fois», a-t-il admis en entrevue avec le Journal.

Les Comets, qui n’en sont qu’à leur deuxième année d’existence, sont les «négligés» dans cette série. Les deux équipes ne se sont pas affrontées de la saison, et elles ont terminé toutes les deux au premier rang de leur association. Seulement six points les séparaient à la fin du calendrier régulier.

«On a un bon noyau de joueurs. Les vétérans sont vraiment à la hauteur et notre groupe est confiant. On pense tous qu’on a une chance de gagner et c’est l’attitude à avoir. Et notre gardien, Jacob Markstrom a été incroyable toute l’année», a souligné Grenier, qui a inscrit 12 points en 18 matchs en séries.

Le Montréalais d’origine Alex Biega a également confiance en son équipe. De plus, il connaît une année 2015 particulièrement heureuse, alors il espère que la chance continuera d’être de son côté.

Alex Biega
Alexandre Grenier (28), qui a totalisé 12 points en 18 matchs des séries, participera à la finale de la Coupe Calder à compter de ce samedi.
Photo Courtoisie, Lindsay A. Mogle/Utica Comets

«J’ai joué mon premier match dans la LNH en février et j’ai eu mon premier enfant, Carter, en avril. On blague souvent que je n’ai pas le choix de gagner la coupe!» a-t-il confié.

La ville est hockey

Utica est une toute petite ville d’environ 60 000 habitants. Les partisans des Comets sont nombreux et les deux joueurs québécois ont souligné que leur aréna était toujours plein à craquer.

«Tout le monde nous appuie beaucoup dans la ville. Ça ne se compare en rien à toutes les autres villes de la ligue», a avancé Biega.

«Je ne veux rien enlever au Colisée de Québec, mais c’est aussi bruyant dans notre petit aréna de 6000 places que ce l’était à Québec où il y avait 13 000 personnes, ou à Halifax. L’ambiance est incroyable. C’est comme avoir un septième joueur sur la glace», a renchéri Grenier.

Des commerces ont également affiché leurs couleurs avec quelques affiches encourageant l’équipe locale.

«J’adore le fait qu’ils portent des petites attentions comme ça. Ça montre à quel point la ville est derrière nous et que les gens veulent qu’on réussisse», a ajouté l’attaquant de 23 ans.