/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyClaude LangloisMathieu Turbide

Étude: les vins (que vous achetez vraiment) sont encore plus chers à la SAQ qu'en Ontario

Étude: les vins (que vous achetez vraiment) sont encore plus chers à la SAQ qu'en Ontario

Coup d'oeil sur cet article

(VOIR AJOUT À LA FIN DU BILLET)

Ah, les chiffres... Et ce qu'on peut (ou veut) leur faire dire.

Ce matin, sur mon fil Facebook, plusieurs de mes amis partagent avec frénésie deux études basées sur du «journalisme de données» qui prouveraient (ENFIN!) que les vins ne sont pas vraiment moins chers en Ontario, finalement. Et que tout ça serait une invention de quelques excités de droite, dont le controversé animateur de radio et chroniqueur Éric Duhaime.

Euh... Ah oui? Comme c'est un sujet que je connais bien (pour ceux qui l'ignorent, je compare les prix des vins de la SAQ et de la LCBO depuis plus de 20 ans), je suis allé voir de plus près. 

La première étude, publiée dans cet article du journal Métro, souligne que des centaines de produits (et de vins) sont moins chers à la LCBO (le Liquor Control Board of Ontario, l'équivalent ontarien de la SAQ), même si la majorité des 1000 produits comparés sont plus chers à la SAQ. Jusque là, ça va.

Selon cette autre étude, celle-là de Jean-Hugues Roy, professeur à l'École des médias de l'UQAM, très intéressé par le journalisme de données, la SAQ vendrait ses produits pratiquement au même prix que la LCBO. La différence serait minime: en moyenne, la SAQ aurait des prix seulement 0,8 % plus chers que ceux de sa voisine. 

Le hic, c'est que sur les 757 produits comparés par Jean-Hugues, qui sont vendus à la fois à la SAQ et à la LCBO, il n'y avait pas que du vin, mais aussi des spiritueux, de la bière, des liqueurs, etc. Il y avait aussi, on le comprend, plusieurs grands vins, disponibles en petites quantités et très rarement vendus, comme de grands bordeaux, des champagnes, etc. 

Les vins de moins de 20 $ sont toujours 15 % plus chers à la SAQ

Ça fausse évidemment l'analyse. Car le problème, décrié par plusieurs amateurs de vins du Québec depuis 30 ans, c'est précisément le prix des vins de moins de 30 $, et plus particulièrement encore les vins de consommation courante, vendus à moins de 20 $ et qui constituent la très grande majorité des vins vendus au Québec.

Malheureusement, ni l'étude de Métro ni l'outil interactif développé ne permettent d'isoler cette catégorie importante. Je l'ai donc fait pour vous, à partir des données récoltées par Jean-Hugues Roy.

La conclusion: sur les 168 vins (vins rouges et blancs, mousseux, portos et autres vins fortifiés) à moins de 20 $ qui se retrouvent sur les tablettes de la SAQ ET de la LCBO, seulement dix sont moins chers à la SAQ. La moyenne de différence de prix de ces vins n'est pas de +0,8 % (tous les produits comparés) ou même de +2,9 % (seulement les vins), mais bien de... +15,08 %.

La SAQ a toujours reconnu qu'elle vendait ses vins plus chers qu'en Ontario, mais elle rétorque souvent que les spiritueux sont moins chers au Québec, en général. C'est évident, les Québécois boivent plus de vins que les Ontariens qui eux, consomment davantage de spiritueux que les Québécois. Chaque monopole frappe là où ça fait mal.

Il est donc important quand on fait une analyse comparative des prix de séparer vins et spiritueux. Je plaide aussi qu'on devrait analyser séparément les vins haut de gamme, qui sont vendus à une clientèle très restreinte.

Comprenez-moi bien: je ne vous recommanderai jamais de partir de Québec en voiture pour aller vous acheter des caisses de vin à Hawkesbury, car évidemment, ça va vous coûter cher d'essence pour sauver quelques dollars. MAIS sachez-le: les vins que vous achetez la plupart du temps sont généralement 15 % plus chers à la SAQ et ça ne vient pas de changer ce matin.

AJOUT: le journaliste Naël Shiab précise qu'il a comparé 1000 produits et que lorsqu'il isole les vins de moins de 20 $, il arrive à un écart de +11 % à la SAQ.