/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un manque de respect monumental

Un manque de respect monumental
photo QMI

Coup d'oeil sur cet article

Je ne peux pas me taire. Je suis en colère. Le maire Coderre aussi et bien des Montréalais si on en juge par les réactions sur les réseaux sociaux.

Les policiers du SPVM nous ont fait honte aujourd’hui en portant leurs déguisements de clowns pour les funérailles de Jacques Parizeau.

Alors qu’ils avaient accepté de remettre l’uniforme pour les funérailles de Jean Béliveau (mais pas pour le cardinal Turcotte).

C'est bien connu, si les grands athlètes ne courent pas les rues,  les grands hommes et femmes d’État se reproduisent comme des lapins.

«On savait pas»

Le syndicat s'est expliqué: «Nous n’avons pas eu de consigne».

Chères têtes d’œufs, savoir qu’il s’agissait de funérailles d’État aurait dû sonner des cloches. Pas besoin de consignes syndicales ou patronales pour savoir qu’il faut s’habiller propre ! Juste à imaginer comment vous aimeriez qu'on  s'habille pour les funérailles de vos parents.

Les policiers du SPVM en service étaient la seule note discordante de cette magnifique et émouvante cérémonie imaginée par Jacques Parizeau, ce qui les rendait encore plus visibles.

Le contraste entre les policiers de la Sureté du Québec en costume d’apparat et les débraillés du SPVM fait mal aux yeux. 

Le non-respect de l'uniforme comme moyen de pression a fait son temps. À peu près plus personne ne se souvient pourquoi les policiers portent des pyjamas roses et des culottes de combat au lieu du pantalon foncé.

Perdre la bataille

À Québec, quand la loi sur la réforme des régimes de retraite a enfin été adoptée, les policiers ont remis leur uniforme.

Quand une loi est votée par l’Assemblée nationale, c’est pas mal la fin du combat, non ?

À moins de ne pas reconnaitre la légitimité de l’assemblée du peuple québécois.

Quand on voit des policiers attriqués comme la chienne à Jacques (pardon monsieur Parizeau) pour des funérailles d’État, il est permis de se demander à qui répondent-ils ?

Et puisque le combat est terminé, quand vont-ils brûler leurs pantalons de camouflage et leurs casquettes rouges ? Jamais ?

Dire que ça demande le respect...

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.