/entertainment/music
Navigation

Un nouveau plan de sauvetage pour Le Studio de Morin-Heights

Le Studio de Morin-Heights
Photo Le Journal de Montréal, Marc-André Lemieux Le Studio de Morin-Heights

Coup d'oeil sur cet article

Le destin tragique du Studio de Morin-Heights attriste le milieu culturel, mais inspire également des plans de sauvetage.

Certains projets de réfection du complexe abandonné – où David Bowie, The Police, The Bee Gees et Rush ont déjà enregistré – sont déjà en chantier, à commencer par une initiative intitulée «Le Studio campus Morin-Heights». Lancé en 2013 par Jean-François Laprise, coordonnateur de projets à l’Office nationale du film (ONF), ce plan rassemble une dizaine de personnes œuvrant dans divers domaines, dont un entrepreneur en construction et un ingénieur de son.

Un musée

Le projet de rachat comporte trois volets. Un volet patrimonial qui consisterait à aménager un petit musée retraçant l’histoire du Studio, via la présentation de vidéos d’archives fournies par André Perry, le fondateur et concepteur du complexe.

Le projet renferme également un pan éducatif qui demanderait la collaboration des universités du Québec pour des stages et camps de musique. «On pourrait y offrir des cours de musique, de mixage et d’enregistrement», souligne Jean-François Laprise.

Enfin, le dernier volet concerne – bien évidemment – les activités d’enregistrement.

«On ne peut pas juste faire un studio pour enregistrer des disques, parce que ce n’est plus comme ça que ça fonctionne, dit M. Laprise. En 2015, les artistes peuvent toute faire chez eux sur leur ordinateur.»

«Avec ce projet de réfection, on n’est pas dans le passé, poursuit M. Laprise. On offre une nouvelle direction. On est organisé. Il faut juste trouver des investisseurs...»

Le Studio doit être vendu aux enchères publiques pour taxes impayées le 17 juin.

Une campagne de financement sur Kickstarter est aussi en cours (rebuildlestudio.com).