/news/currentevents
Navigation

La ville construit un ponceau qui inonde sa terre

raymond gagnon
Photo Nathalie Deraspe « J’essaie de gagner ma vie avec l’avoine mais il n’y a aucune moissonneuse qui veut rentrer ici », explique Raymond Gagnon. Son fils Yannick constitue sa relève.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-SAINT-MICHEL | Un agriculteur des Hautes-Laurentides risque de perdre près de la moitié de ses terres cultivables en raison de nouveaux ponceaux installés par la municipalité.

En 2013 et en 2014, la municipalité de Mont-St-Michel, près de Ferme-Neuve, a fait installer des nouveaux ponceaux près des terres agricoles de Raymond Gagnon. L’an passé, le cultivateur dit avoir perdu 60 acres de récoltes en raison des inondations causées par ceux-ci. Cette année, la situation est pire que jamais. « Je ne peux plus passer où j’avais semé parce qu’il y a trop d’eau. » Son voisin Alain Labelle a également 20 acres dans la flotte.

Des dommages importants

M. Raymond se bat depuis 30 ans pour faire nettoyer les fossés et les ruisseaux pour éviter que l’eau du lac monte trop. Avec l’installation des nouveaux ponceaux, le problème est pire que jamais. « Au total, j’ai presqu’un million de dollars de pertes. » Les inondations noient pratiquement la moitié de ses champs et la pluie contamine son eau potable. « À chaque fois qu’il y a un gros orage, on est obligés d’aller acheter de l’eau au village et il faut que je nettoie mon puits à l’eau de Javel avant de pouvoir recommencer à l’utiliser. »

M. Raymond a expédié une mise en demeure en janvier à la municipalité, mais il préfèrerait que le dossier se règle hors-cour.

On se lance la balle

Alain Labelle, voisin de M. Gagnon, engraisse des veaux et des bœufs. « Ils pataugent dans l’eau. J’ai travaillé dans la construction et je sais ce que ça prend pour drainer un chemin. Là, il n’y a pas de coordination et pas de volonté de corriger le problème. » M. Gagnon a interpellé le ministère de l’Environnement, mais on lui a dit de contacter sa municipalité. Le Protecteur du citoyen lui a proposé de se tourner vers la MRC.

Des castors

Manon Lambert, directrice générale de Mont-St-Michel, soutient que les travaux de voirie ont été faits selon les procédures. Même si elle admet les problèmes d’inondation, la municipalité refuse d’en prendre la responsabilité. «Il y a deux propriétaires en cause et on n’a pas de nouvelles d’eux. Il y a des barrages de castor aussi.» Un document de la MRC Antoine-Labelle indique toutefois que les municipalités locales sont «responsables de fournir les services d’un employé désigné pour gérer les travaux de nettoyage des cours d’eau, lorsque requis.»