/travel
Navigation

Halte magique au bord de la plage

Auberge Havre-sur-Mer – Îles-de-la-Madeleine

 Les superbes jardins de rosiers et de plantes médicinales donnent directement sur la mer.
Photo courtoisie Les superbes jardins de rosiers et de plantes médicinales donnent directement sur la mer.

Coup d'oeil sur cet article

BASSIN | Entre la montagne et le décor de carte postale de l’Anse-à-la-Cabane, dont le petit port est fréquenté par les pêcheurs de homard, se trouve l’élégante auberge Havre-sur-Mer, un endroit magique des Îles-de-la-Madeleine où le ressourcement est assuré.

L’établissement au charme discret et élégant, très calme et à l’écart des routes passantes, offre une vue panoramique sur la mer et l’accès direct à la plage de l’Anse. Il est tenu par la Montréalaise Suzie Baillargeon et son conjoint Marcel Ouellette, qui se sont installés dans la partie de l’île du Havre-Aubert appelée Bassin après être tombés en amour avec les Îles.

On y trouve huit belles chambres équipées de salles de bain privées et trois superbes studios privés, dans Les Salines. Un bâtiment abrite un jacuzzi et un sauna et les services de massothérapeutes certifiés sont offerts. Le matin, le savoureux petit-déjeuner est proposé dans une salle à manger donnant sur le jardin médicinal.

«On est pas loin du Site historique de la Grave, mais on est quand même en retrait, ce qui fait que c’est l’endroit parfait pour les gens qui recherchent la tranquillité tout en étant à proximité des attraits touristiques», explique Suzie Baillargeon. «On a des belles plages et la montagne, où il y a des sentiers pédestres.»

L’auberge se trouve directement sur la plage, tout près du petit port de l’Anse-à-la-Cabane, le port de pêche au homard de ce secteur des îles. «On les voit partir le matin, très tôt, et rentrer dans l’après-midi. Ici, le ciel est très étoilé et les bateaux, la nuit, ressemblent à des petites étoiles sur l’eau.»

Les visiteurs choisissent Havre-sur-Mer pour se ressourcer. «Le lieu est magique, très paisible. Quand les gens arrivent de la ville, s’ils sont stressés à bloc, on le voit. Dès qu’ils passent dans la salle à dîner, ils décompressent. C’est magique, ici.»

 

Les chambres lumineuses, confortables, permettent de décrocher complètement et profiter pleinement du séjour.
Photo courtoisie
Les chambres lumineuses, confortables, permettent de décrocher complètement et profiter pleinement du séjour.

Œuvres d’art des îles

Les murs de l’auberge présentent quantité de toiles d’artistes talentueux. «La première chose que j’ai faite quand je suis arrivée aux Îles, ç’a été d’acheter une des toiles de Louis Boudreau. Il est né ici et il vit à Montréal et à Paris. Il passe ses étés ici. Élise Turbide est aussi une fille des Îles. Elle travaille tellement bien!» Suzie a aussi des toiles de René Lemay, qui vit aux Îles depuis 25 ans et explore le thème des bateaux.

Le chimiste organicien Marcel Ouellette fait de la recherche et du développement depuis 30 ans et se spécialise dans la formulation de produits naturels. Il s’intéresse de près au potentiel des algues marines et de la flore particulière des îles.

Il développe dans son laboratoire situé en haut d’une falaise des produits exceptionnels composés à base d’extraits liquides biologiquement actifs. Pour les cyclistes, il a formulé un produit anti-friction qui crée une barrière entre «votre machine et vos parties les plus précieuses». Il a aussi développé Biovélo, une gamme de produits pour l’entretien des vélos.

«Ici, il y a une concentration, dans un tout petit territoire, de toutes les plantes médicinales qu’il y a au Québec», précise Marcel Ouellette. «Elles sont partout. Il s’agit d’être là quand les plantes sont en floraison, car je fais mes extraits à partir de plantes vivantes. Beaucoup d’études se font, par exemple, sur les propriétés antivirales du trèfle rouge.»

  • Ce reportage a été réalisé avec la collaboration de Pascan Aviation www.pascan.com ainsi que Tourisme Îles-de-la-Madeleine et ses partenaires. www.tourismesilesdelamadeleine.com

En voiture
  • Prendre le traversier à Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard. La traversée dure 5 heures. www.traversierctma.ca
  • L’auberge se trouve à 31 kilomètres de Cap-aux-Meules.
En avion
  • Quelques compagnies aériennes font la liaison entre le continent et les îles. Pascan Aviation offre des liaisons pratiques entre les Îles-de-la-Madeleine et plusieurs villes du Québec, dont Québec, Saint-Hubert et Gatineau/Ottawa. www.pascan.com
Coordonnées