/news/society
Navigation

Une épreuve qui rallie les générations

Le Bas-Saint-Laurent recevait le convoi du 1000 km du GDPL pour la première fois

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | On dit souvent qu’on n’a pas deux chances de faire une bonne première impression. À sa première tentative, la grande région du Bas-Saint-Laurent n’a pas raté sa chance en recevant le peloton du 1000 km du Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL).

De Rivière-du-Loup à Rimouski, en passant par Trois-Pistoles et La Pocatière, la population bas-laurentienne n’a pas manqué de saluer les cyclistes.

Une dose d’énergie

«Quand on fait le 1000 km, c’est pour aller mesurer où est le mouvement, a rappelé Pierre Lavoie, interrogé à Rimouski. On savait qu’il était fort ici parce que, depuis le début, le Bas-Saint-Laurent participe massivement à nos programmes. On l’a vu en arrivant ici et on est très contents.»

Les citoyens rimouskois ont d’ailleurs mis toute la gomme hier. Près de 1500 jeunes s’étaient rassemblés pour accueillir leur héros.

«Wow! s’est exclamé M. Lavoie. De voir que les jeunes se sont déplacés en compagnie de leurs enseignants motivés, avec le chandail de leur école sur le dos, c’est un sentiment d’appartenance qui me parle énormément.

«Je veux tout simplement leur dire merci et je suis fier de les voir faire des cubes d’énergie. Le lien que j’ai avec eux, ce sont les cubes, et ils le comprennent bien. Ils sont fiers de bouger et, moi, je suis fier d’eux. Quand ils viennent ici pour m’accueillir, ça me donne du gas pour la suite.»

En plus des jeunes survoltés, une dame d’un certain âge a également fait une chaleureuse accolade à Pierre Lavoie.

«Le Grand Défi vient toucher toutes les générations et c’est un des seuls événements qui ont cet effet, a-t-il précisé. Les grands-parents, les parents, les ados, les enfants, il y a des programmes pour tout le monde.»

Physiquement, le cofondateur du GDPL a avoué se sentir très bien lors de l’arrêt à Rimouski. De petits ajustements par rapport à l’hydratation étaient les seuls détails à fignoler.

Bonne journée au bureau

Trois étapes ont animé la journée d’hier. Même si elle était la moins longue, celle entre Rimouski et Trois-Pistoles a donné du fil à retordre aux cyclistes en raison de quelques montées difficiles. Arrivé à Trois-Pistoles, le convoi se rendait à La Pocatière pour l’une des étapes les plus difficiles du parcours 2015 (114 km). Ce matin, après une courte étape entre La Pocatière et Montmagny, les participants du 1000 km rejoignent les cyclistes inscrits à la troisième «Boucle».

Pas moins de 5000 «boucleurs» prennent part à cette randonnée de 135 km. Une balade qui devrait faire beaucoup de bruit.


Les anges gardiens de la route

RIMOUSKI | Depuis le début de l’aventure, les encadreurs de l’organisation du Grand Défi Pierre Lavoie sont derrière la bonne progression du peloton d’une ville à l’autre.

Seize cyclistes aguerris et expérimentés, qui sont en fait la garde rapprochée de Pierre Lavoie, veillent à ce que tous les cyclistes rallient le fil d’arrivée sur leurs deux roues.

«On est l’équipe de soutien qui va aider le peloton à bien se comporter durant l’événement, explique le chef des encadreurs, Éric Larouche. À chaque étape, on soutient la vitesse, on prodigue des conseils aux cyclistes, on les aide à monter des côtes en les poussant. On est un peu comme le préfet de discipline pour aider à ce que tout se déroule bien.»

Travail apprécié

Éric Larouche remarque d’ailleurs que les cyclistes apprécient grandement leur soutien.

«Tout est une question d’attitude, poursuit-il. S’ils ne veulent pas de notre aide, on n’insiste pas. On essaie aussi de leur changer les idées parce que parfois, les gens sont hypothéqués un peu, donc on essaie de gérer le tout.»

En plus des encadreurs de l’organisation, une centaine d’autres proviennent des 200 équipes inscrites. Nouveauté cette année, un processus de sélection a précédé leur nomination.

«On connaît davantage leur expertise et leurs capacités à être capables de soutenir le peloton», estime Éric Larouche, ajoutant que les chutes sont, année après année, l’élément principal à éviter.


Double défi pour un dentiste

En plus de se remettre en forme, le Dr Yvan Poitras redonnera à la municipalité de Montmagny

De nombreux écoliers ont accueilli Pierre Lavoie et les cyclistes hier matin, à Rivière-du-Loup.
Photo courtoisie
De nombreux écoliers ont accueilli Pierre Lavoie et les cyclistes hier matin, à Rivière-du-Loup.

RIMOUSKI | Le Dr Yvan Poitras concrétisera non seulement sa remise en forme en parcourant La Boucle aujourd’hui, mais il remettra également une importante somme d’argent à une école de sa région.

Ce dentiste, qui est une sommité en matière d’implantologie, a décidé de verser 30 000 $, échelonnés sur deux ans, à l’école primaire Saint-Pie-X de Montmagny. Tout cela après une reprise en main débutée il y a deux ans.

«En avril dernier, il était conférencier dans un congrès de dentistes à Ixtapa, au Mexique, précise Denis Perreault, gestionnaire de pratique dentaire et entraîneur personnel d’Yvan Poitras. On a eu la chance d’avoir Pierre Lavoie parmi nous, qui était également conférencier lors de cette semaine.»

Yvan Poitras, dentiste
Photo courtoisie
Yvan Poitras, dentiste

Parti de loin

Un soir, un collègue lance le défi au Dr Poitras d’embarquer dans l’aventure du 1000 km du Grand Défi Pierre Lavoie avec l’équipe Henry Schein. Le dentiste entamera ensuite une remise en forme, en plus de contribuer financièrement.

«Un monsieur qui fumait s’est complètement remis en forme et il est motivé, assure Denis Perreault. Grâce à tout ça, il va remettre plus de 30 000 $ à une école de Montmagny. C’est une belle chaîne d’énergie qui s’est créée dans cet élan.»

Dans un passé pourtant pas si lointain, Yvan Poitras était un athlète accompli. Ceinture noire en arts martiaux, il a négligé sa forme physique, en plus d’être un fumeur.

«Le côté professionnel l’a rattrapé et a pris le dessus, affirme M. Perreault. Quand tu ne t’entraînes pas une semaine, ça ne paraît pas trop, mais quand tu arrêtes pendant 10 ans, ça a de gros impacts.

«Il n’y a rien qui est plus important que la santé. Tu as beau avoir tout ce que tu veux dans la vie, si tu n’es pas en forme, ça ne donne rien. C’est extraordinaire, ce que Pierre Lavoie fait et l’engouement que ça amène. Félicitations à tous les jeunes et les moins jeunes qui ont décidé de se mettre en forme! C’est important que tout le monde fasse un minimum d’activité physique.»

Fierté

Le Dr Yvan Poitras se lancera ce matin avec l’idée bien précise de parcourir les 135 km de La Boucle.

«Il est un peu stressé parce qu’il est passablement occupé et que la vie ne s’arrête pas, mais il est prêt, martèle Denis Perreault. Il a hâte de vivre l’expérience et, autant lui que moi, nous sommes fiers.»


Aujourd’hui

5 h 30: Départ de La Pocatière en direction de Montmagny (63 km)

Arrivée prévue: vers 7 h 45

10 h à 16 h 45: La Boucle à Montmagny (135 km)

17 h 30: Départ de Montmagny en direction de Sainte-Croix (108 km)

Arrivée prévue: vers 21 h 40

22 h 40: Départ de Sainte-Croix en direction de Bécancour (83 km)

Arrivée prévue: vers 1 h 40

Nuit à Bécancour