/misc
Navigation

Ce remède imaginaire

Immigration
© Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

 

Aujourd’hui se terminait le congrès du Parti libéral, Philippe Couillard annonçait que sa ministre de l’immigration, Kathleen Weil allait annoncer l’automne prochain un nouveau seuil d’immigration. 

 

Hausser l’immigration – alors qu’on s’occupe très peu de ceux qui sont déjà ici — est une très mauvaise idée. 

 

Évidemment, on criera au racisme et à l’intolérance si on ose demander une réduction des seuils d’immigration. Je l’écrivais dans mon premier livre, je persiste et je signe : l’heure est plutôt à la réduction de nos seuils puisque nous réussissons très mal l’intégration de nos immigrants. Du moins, il est grand temps que le Québec puisse chiffrer sa capacité d’intégration, ce qu’il n’a jamais encore fait. Ce n’est pas du tout du racisme ou de la fermeture à l’autre que de vouloir réduire le nombre de nouveaux arrivants pour faire plus et mieux avec ceux qui décident de recommencer leur vie au Québec. 

 

En janvier dernier,  le magasine « Les affaires » nous apprenaient que le taux de chômage des immigrants de langue française était de 27 %. Même avec ceux qui parlent notre langue, nous échouons dans l’intégration économique des gens qui décident de s’installer au Québec. 

 

En 2014, le Québec a reçu 50,275 immigrants. De ce nombre, 41,4 % ne parlaient pas français. Le rapport Bouchard-Taylor indiquait il y a quelques années que de 30 à 40 % des nouveaux arrivants ne parlant pas français n’apprenaient jamais notre langue. Cette année, à peine 20 % de nos nouveaux arrivants sont âgés de moins de 16 ans. Par la loi 101, ils seront les seuls à être obligés de fréquenter le système scolaire francophone. C’est bien beau d’intégrer les immigrants plus jeunes, mais lorsqu’on sait qu’en 2014, 64 % des immigrants sont âgés de moins de 35 ans, c’est du gaspillage de s’en remettre à l’éternel « Oui, mais les enfants s’intégreront » honnêtement, à 35 ans, disons qu’on est loin de la « génération sacrifiée. » 

 

Premièrement, on échoue sur le plan de l’insertion socio-économique et nous ne réussissons pas non plus au niveau de l’intégration linguistique. Le tiers des immigrants qui commence leur formation en francisation abandonne avant la fin de celle-ci. Ceux qui poursuivent le font souvent avec de maigres moyens, l’allocation de subsistance offerte ne permettant pas d’avoir un train de vie adéquat pour ceux qui se francisent à temps plein. À peine 120 $ par semaine, maximum, pour 30 heures de francisation, c’est un horaire de travail à temps plein, et soyons honnêtes, nous avons de la difficulté à concurrencer le marché du travail. Enseignante de soir en francisation des immigrants, j’ai dans ma classe des adultes qui travaillent toute la journée et qui viennent apprendre le français le soir : ils n’ont pas droit à une allocation de subsistance et viennent tout de même se franciser 16 heures par semaine, après leur journée de travail. On appelle cela de la volonté personnelle plus que de la volonté d’État. Qu’attend le gouvernement pour enfin hausser les allocations aux immigrants qui se francisent ? Pourquoi ne pas l’offrir aussi à ceux qui ne peuvent se permettre de se franciser à temps plein ? Pourquoi ne pas inciter davantage les nouveaux arrivants à se franciser ? Pourquoi ne pas obliger la francisation, ou du moins, les cours de niveaux débutants, afin que tous puissent se débrouiller dans la langue officielle ?

 

Hausser les seuils, c’est bien beau, mais à quand la hausse des structures d’intégration ? On coupe en régionalisation des immigrants, on ferme des classes de francisation, nous n’accompagnons pas assez les Néo-Québécois dans leur entrée sur le marché du travail, mais hausser les seuils par exemple, ça, ça ne demande pas trop d’effort. Ouvrir les vannes d’un pays est facile, faire en sorte que les gens y trouvent leur place est plus compliqué. Que compte faire le gouvernement pour les immigrants qui sont déjà au Québec et qui peinent à réaliser ce que nos services d’immigration leur avaient promis ? 

 

Le titre de ce billet est emprunté à l’excellent essai de Guillaume Marois et Benoît Dubreuil, paru chez Boréal en 2011. Ce livre taille en pièce le mythe que l’on entend comme une ritournelle que hausser les seuils d’immigration règlerait par magie toutes nos problématiques démographiques. Quelqu’un pourrait l’acheter à notre premier ministre ? Je pense qu’il aurait bien besoin de cette lecture de chevet...