/sports/football/alouettes
Navigation

Premier test réussi pour les Oiseaux

La formation montréalaise l’emporte 26-9 contre Ottawa devant moins de 5000 personnes au PEPS

Coup d'oeil sur cet article

Les Alouettes de Montréal ont passé avec succès leur premier test en match hors-concours devant une maigre et timide foule de 4778 spectateurs au Stade Telus-UL.

La victoire de 26-9 aux dépens du Rouge et Noir d’Ottawa ne finira certainement pas dans un coffret souvenir, mais les Alouettes vont prendre le résultat.

Dans un PEPS inanimé, les rares moments électriques sont survenus gracieuseté... d’un botteur! Et pas n’importe quel botteur, puisque l’ancien chouchou local du Rouge et Or, Boris Bede, a suscité une rare vive réaction lorsqu’il s’est amené sur le terrain à la fin du premier quart pour une bombe de botté de dégagement qui a franchi 63 verges. Le Français a aussi ajouté un botté de placement de 28 verges qui donnait les devants 4-0 aux Alouettes. «Il a très bien fait. On pensait être fixés rapidement avec nos botteurs, mais nous sommes toujours aussi confus», a commenté l’entraîneur-chef Tom Higgins, fier du travail des siens.

«Nous avons fait de bonnes choses et maintenant, il faut travailler à s’améliorer. C’était juste un départ, mais c’était un bon départ.»

Bridge solide

La plupart des partants des Alouettes à l’attaque ont disputé une bonne part de la première demie et leur effort n’aura pas été très concluant. Le quart-arrière Jonathan Crompton a connu sa part d’ennuis en complétant seulement deux de ses six passes pour 17 verges.

D’ailleurs, l’attaque au grand complet a été au neutre durant toute la première demie, ne récoltant que quatre premiers jeux et 64 maigres verges.

L’offensive a connu ses premiers bons moments avec l’entrée en scène du quart canadien Brandon Bridge. L’Ontarien a permis aux siens d’inscrire leur premier touché lorsqu’il a rejoint Brandon Rutley dans la zone des buts sur six verges. Mikhaïl Davidson a ajouté deux points sur un converti pour porter la marque à 12-3 avant la demie.

Au troisième quart, Bridge en a remis en dirigeant une superbe poussée de 74 verges sur cinq jeux. Le demi Chris Rainey a ajouté à l’avance des Alouettes sur un touché au sol de 10 verges.

«J’espérais être agréablement surpris par le jeu de nos jeunes joueurs et il (Bridge) a grandi ce soir», a noté Higgins.

Le dernier touché des Alouettes a été inscrit sur une passe de touché de 31 verges du quatrième quart-arrière, Rakeem Kato, à Jonathan Bryant.

Solide défensive

De son côté, la défensive a poursuivi sur son excellente saison 2014. Le Rouge et Noir a été muselé même si le vétéran quart-arrière Henry Burris a joué toute la première demie, complétant 12 de ses 21 passes. Le demi défensif Jonathan Hefney s’est illustré avec une interception.

Les deux équipes n’auront pas le temps de s’ennuyer. Elles se reverront dès le 25 juin pour l’ouverture du calendrier régulier.


Moments magiques pour les anciens du Rouge et Or

Les anciens du Rouge et Or de l’Université Laval ont vécu un retour à la maison chargé d’émotions, même si la foule n’avait rien à voir avec ce qu’ils ont connu à leurs beaux jours universitaires.

Le botteur Boris Bede n’en revenait tout simplement pas d’avoir été salué par une ovation avant son premier botté de dégagement qui lui a sans doute fait marquer bien des points aux yeux du personnel d’entraîneurs.

«J’étais vraiment surpris. C’était vraiment un moment magique! Je n’ai pas les mots pour l’expliquer», a-t-il réagi sur le terrain après coup.

«Je suis content de ma performance, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Jamais un seul match fait foi de tout», a-t-il ajouté.

Belle expérience

De son côté, le centre Luc Brodeur Jourdain a savouré le moment, même s’il aurait aimé que les partants s’illustrent davantage à l’offensive.

«C’était une super belle expérience. C’est une chance que la vie m’a donné de revenir jouer ici. C’est sûr que c’était différent, le stade était bien moins rempli, mais j’ai apprécié mon moment.

«Nous avons connu un lent départ et on manquait de synchronisme, surtout sur le jeu aérien. J’ai bien aimé notre travail sur le jeu au sol», a-t-il analysé.

Chez le Rouge et Noir, Patrick Lavoie avalait la pilule de travers, lui qui a été habité à des prestations plus étincelantes dans son château fort par le passé. «J’étais hyper excité en début de match de revenir chez moi, mais je pars d’ici amer de notre performance», a-t-il pesté.

Rien à ajouter sur Sam

Abordé à propos du départ imprévu de Michael Sam vendredi, l’entraîneur-chef Tom Higgins a vite fait en sorte que les scribes n’écrivent pas un épitre de l’évangile sur le sujet.

«Tout a été dit, il n’y a rien à ajouter. Ce n’est pas un sujet de discussion et nous regardons vers l’avant», a-t-il signalé.