/news
Navigation

Impossible de s’évader à la prison de Roberval

Ce centre de détention est le plus sécuritaire de la province

Coup d'oeil sur cet article

Caméras infrarouges dernier cri, brouillages des ondes cellulaires et un toit anti-évasion grillagé; le nouveau centre de détention de Roberval ne devrait pas être le théâtre d’évasions spectaculaires comme celles de Saint-Jérôme ou de Québec.

«Ce centre de détention est le plus sécuritaire du Québec. Le fait d’avoir attendu aussi longtemps pour le construire a permis, du même coup, de le doter des meilleures technologies possible», a indiqué lundi le premier ministre Philippe Couillard, en visite à Roberval pour l’inauguration du nouveau centre de détention, construit au coût de 115 millions $.

L’arrivée des premiers détenus est prévue pour le mois de septembre.

Véritable bunker

L’édifice à sécurité maximale, situé dans le parc industriel de Roberval, est un véritable bunker. Rien n’a été ménagé pour que ce nouveau centre de détention devienne l’Alcatraz du Québec.

Équipé des meilleures technologies mondiales, et d’un toit anti-évasion grillagé dans les cours extérieures, il sera impossible à des hélicoptères de participer à des évasions spectaculaires, comme ce fut notamment le cas à Saint-Jérôme en 2013 et à Québec en 2014.

Le centre de détention est notamment équipé de quatre barrières de sécurité avec fils de barbelés. À l’intérieur du bâtiment, les ondes cellulaires sont brouillées. À l’intérieur des cellules, les lits sont des meubles complets – sans espace en dessous – ce qui fait en sorte que les détenus sont privés d’une cachette.

Philippe Couillard était accompagné lundi de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, et du député de Dubuc, Serge Simard.

Il fallait montrer patte blanche pour assister à l’événement. Les cellulaires étaient d’ailleurs confisqués le temps du «séjour» exclusif dans le bâtiment.

Pas question non plus d’offrir au public une journée portes ouvertes avant l’arrivée des premiers détenus.

Presque impossible

Très peu bavard sur l’impressionnant protocole de sécurité de la prison, Mathieu Lavoie, président national du Syndicat des agents de la paix en service correctionnel du Québec, confirme qu’il sera presque impossible de s’y évader.

Qu’est-ce que le centre de détention de Roberval aura de plus que les autres centres de détention du Québec pour prévenir les évasions? «C’est une question dangereuse à répondre. Je peux cependant vous dire qu’au niveau des caméras vidéo, il n’y a rien de mieux. Tous les problèmes de sécurité qu’on a connus dans les autres établissements ont été corrigés pour que ça ne se reproduise pas à Roberval.»

«Cependant, tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas expérimenté le tout avec les détenus, on restera aux aguets, le temps de tester toutes les mesures en place», ajoute M. Lavoie.


CENTRE DE DÉTENTION DE ROBERVAL

  • Début de construction : 2013
  • Coût de construction : 115 M$
  • Nombre de détenus : 180, soit 25 de plus que les prisons de Chicoutimi et Roberval
  • Équipé de 30 cellules pour peines discontinues