/opinion/blogs/columnists
Navigation

Québec, les «mongols» et les poubelles (AJOUT)

Québec, les «mongols» et les poubelles (AJOUT)
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Coup d'oeil sur cet article


Si je vous dis qu'en fin de semaine un animateur radio a traité toute une population de "mongols" allez-vous tout de suite penser que ces propos ont été entendus à Québec ? Allez-vous spontanément penser que ça a été dit sur les ondes d'une radio dite «poubelle» ?

 

Allez-vous penser que ça a été dit  par Carl Monette ou  par Jeff Fillion ?

 

Non les amis, détrompez-vous, cette phrase a été prononcée à La soirée est encore jeune sur les ondes de la réputée Radio-Canada !

 

Le co-animateur Jean-Sébastien Girard a dit à propos d'une scène de Bach et Bottine: «Donc c’est une très belle scène où on voit la ville de Québec, donc à cause de cette scène-là on a longtemps pensé que Québec était pas une ville de mongols».

 

Premièrement, qui utilise encore le mot mongol en 2015 ?

 

Ce genre de vocabulaire devrait tout simplement disparaître de la bouche de tous les commentateurs et animateurs.

 

Deuxièmement, si Girard veut s’en prendre aux médias de Québec qu’il juge populistes c’est une chose. Mais pourquoi dénigrer la population de la Ville ? Tous les gens de Québec sont des crétins parce qu’ils écoutent plus les radios privées que Radio-Canada ? Tous les gens de Québec sont des trisomiques parce qu’ils votent différemment du reste de la population ?

Je comprends que La soirée est encore jeune fasse dans l’humour. Mais de la même façon que je dénonce les dérapages à CHOI et les dérapages à NRJ, je dénonce aussi les dérapages à Radio-Canada.

 

La soirée est encore jeune c'est justement l'émission qui dénonce les propos de la radio poubelle de Québec.

 

Mais quand eux utilisent des mots comme mongol, ne sont-ils pas justement en train de tenir des propos nauséabonds ?

 

Si Éric Duhaime ou Dominic Maurais avaient utilisé le mot mongol pour désigner un segment de la population québécoise, on aurait déjà eu droit à un éditorial de David Desjardins dans le Devoir, à une chronique de Rima Elkouri dans La Presse, à une montée de lait de René Homier-Roy à la SRC.

 

Pourquoi utilise-t-on des critères différents pour juger les médias dits «progressistes» et les médias dits «populistes» ?

AJOUT 15 JUIN 20H30

Bon, l'animateur s'excuse... à moitié. C'était une blague, voyez-vous, et ceux qui s'en offusquent sont sûrement juste trop crétins pour apprécier le 2e degré de cette fine bande de joyeux lurons qui officie sur les ondes de la radio d'État. 

C'est bizarre comme la perception de l'humour change selon que l'on est au début ou à la fin de l'autoroute 20. Pour certains, ce qui est inacceptable dans la bouche d'un animateur de Québec devient tout à fait louable dans la bouche d'un animateur de Montréal.