/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ni fif, ni nègre, ni mongol

Ni fif, ni nègre, ni mongol
PHOTO COURTOISIE/RADIO-CANADA/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ce matin, dans le Journal, je reviens sur l'affaire des "mongols", cette insulte utilisée par un animateur de Radio-Canada puis reprise par le maire de Québec.

Pour excuser ses propos, Jean-Sébastien Girard utilise l'argument de l'humour. Le bon vieux  "C'est juste une joke".

Bon, admettons que l'humour excuse tout.

Imaginons que Mike Ward, un humoriste, ait dit sur scène ou à la télé "Raif Badawi est un mongol". Combien de chroniques dénonçant Ward auraient été écrites par ceux qui aujourd'hui maintiennent le silence radio sur le dérapage de Girard ?

Le deuxième argument utilisé par Girard est qu'il incarne en ondes un "personnage". Un personnage « pédant et arrogant ». Que ce personnage est extrême et dit des choses que Girard lui-même ne pense pas vraiment.
 

Ça voudrait donc dire qu'on peut tous prétexter avoir recours à un personnage pour dire des grossièretés. Le personnage pédant et arrogant de Girard aurait donc pu traiter de "tapette" Alexx Perron et ça aurait été acceptable ?


Enfin, une dernière chose.

Mongol, fif, nèg, : ce sont des mots qu'on n'utilise plus en 2015. Ni en humour, ni dans la bouche d'un personnage. Ni à la radio privée ni à la radio publique. Ni à Montréal, ni à Québec.