/misc
Navigation

Une équipe unique

Un des facteurs de succès des Blackhawks est l’esprit de camaraderie qui règne au sein de l’équipe.
photo afp Un des facteurs de succès des Blackhawks est l’esprit de camaraderie qui règne au sein de l’équipe.

Coup d'oeil sur cet article

L’exploit est d’autant plus valorisant parce que les Blackhawks de Chicago viennent de gagner la coupe Stanley pour une troisième fois au cours des six dernières années dans un contexte difficile et compétitif dicté par le plafond salarial et à l’intérieur de la division centrale où cinq équipes, ce printemps, ont participé aux séries éliminatoires.

L’exploit est d’autant plus valorisant parce que les Blackhawks de Chicago viennent de gagner la coupe Stanley pour une troisième fois au cours des six dernières années dans un contexte difficile et compétitif dicté par le plafond salarial et à l’intérieur de la division centrale où cinq équipes, ce printemps, ont participé aux séries éliminatoires.

J’ai vécu des moments magiques, lundi, auprès de mon fils, Stan et de mon petit fils qui célébrait son 10e anniversaire de naissance. Je suis heureux pour Stan.

Évidemment, je suis juge et parti quand je fais l’analyse des Blackhawks. Je travaille pour l’organisation dans un rôle de conseiller spécial et j’ai le plaisir de côtoyer Stan, de discuter avec lui plusieurs fois par semaine. Je lui fournis mon expertise, je l’informe sur mon évaluation de joueurs, mais la décision finale lui appartient toujours.

Il dirige une équipe unique qui parvient à composer avec l’adversité. Le printemps dernier, les Blackhawks ont raté le dernier rendez-vous, s’inclinant dans l’ultime match en finale d’association face aux Kings, mais des ajustements ont fait que l’organisation a pu célébrer un autre championnat.

On me demande souvent quel est le secret des décideurs de l’organisation?

Comment expliquer les succès des Blackhawks alors qu’après chaque conquête de la coupe Stanley, l’équipe doit libérer des effectifs importants afin de respecter le plafond salarial? Comment demeurer compétitifs comme le sont les Blackhawks dans une division aussi bien équilibrée que la division centrale de la Ligue nationale?

Leadership

Pour moi, il y a deux éléments à considérer: le leadership et la clairvoyance des dirigeants de l’équipe. Je crois que ça résume bien la situation.

Chicago possède un noyau de joueurs qui prêchent la discipline, la camaraderie, le sens du devoir, le goût de la compétition, et surtout qui prêchent la collectivité. Jonathan Toews est un leader hors de l’ordinaire. Non seulement est-il un féroce compétiteur, mais c’est aussi celui qui voit à ce que les joueurs dans le vestiaire respectent les consignes du groupe.

Patrick Kane, Marian Hossa et Duncan Keith sont des athlètes qui ont flirté avec le succès tout au long de leur carrière. Ils ne voient jamais d’obstacles incontournables devant eux. Au contraire, ils trouvent toujours une solution et ils entraînent leurs coéquipiers dans cette atmosphère de confiance qui règne dans le vestiaire.

Regardez le parcours des Blackhawks lors des deux derniers mois. Une série dure et intense contre les Predators. Corey Crawford, un gardien qui ne manque pas de courage, un fier compétiteur, qui démarre sur le mauvais pied, mais qui termine cette longue randonnée en concédant deux buts lors des trois derniers matchs.

Un repos bénéfique

Une victoire en quatre matchs contre le Wild, puis une série enlevante contre Anaheim alors que les meneurs se sont manifestés dans le match #6 et dans le match ultime. Je crois que la période de dix jours de repos entre la série contre le Wild et celle contre les Ducks a été l’un des points marquants du parcours. Par la suite, les Blackhawks ont bénéficié de quelques jours de repos en attendant la conclusion de la série entre les Flames et les Ducks.

J’ai été emballé par le spectacle présenté en finale, l’une des plus passionnantes des dernières années. Je savais que cette formation allait fournir une compétition relevée.

Que faut-il prévoir lors des prochaines semaines?

Évidemment, des décisions difficiles seront prises. Je sais que l’état-major va se réunir sous peu. Il faudra faire des choix déchirants, mais ainsi le veut la nouvelle structure de gestion de la Ligue nationale.

Je présume qu’on va chercher à protéger le cœur de la formation. Mais est-ce possible dans les circonstances?

Ce sera difficile.


Le Lightning, une jeune équipe qui promet

Les joueurs du Lightning de Tampa Bay ont vécu une grande déception, lundi soir. J’écoutais les propos de l’entraîneur-chef Jon Cooper après le match et je comprenais très bien ses états d’âme.

Si près du but et, soudainement, c’est la catastrophe, c’est l’échec.

Jon Cooper et les joueurs du Lightning de Tampa Bay ont cependant profité des séries éliminatoires pour acquérir beaucoup d’expérience.

Long parcours

Les joueurs savent que la conquête de la coupe Stanley est un long processus et surtout un très long parcours.

Pour atteindre l’objectif, toutes les pièces du casse-tête doivent tomber au bon endroit, mais surtout au bon moment.

Un gardien spectaculaire et Ben Bishop, malgré les blessures, a fait le travail.

Une défense alerte et Victor Hedman a été le grand général de l’équipe.

Blessures

Une attaque bien rodée et le Lightning de Tampa Bay a peut-être manqué de ressources en raison des blessures à Tyler Johnson et à Nikita Kucherov, mais cette série finale a été disputée sous le signe de la défense.

En effet, à la fin de la série, on a appris que Johnson avait joué en dépit d’un poignet brisé.

Il s’agit d’une jeune formation, d’une équipe qui a fait des progrès immenses au cours de la dernière saison. Mon ancien capitaine et leader chez les Red Wings de Detroit Steve Yzerman a bâti une organisation de premier plan et surtout une équipe avec un avenir prometteur.

Lundi, sa formation a été battue par une équipe expérimentée.