/opinion/blogs/columnists
Navigation

Vendre de l’eau aux Chinois

RE_2014_04_11T091442Z_1772610644_GM1EA4B1BO401_RTRMADP_3_CHINA_
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Vendre de l’eau aux Chinois à 100 $ le litre? Ce n’est pas complètement impossible avec une bonne campagne de marketing. Sur les 1,4 milliard de Chinois, il s’en trouvera bien quelques dizaines de milliers assez stupides et assez riches pour acheter de telles bouteilles. Mais il y a peut-être anguille sous roche.

Malheureusement, espérer réaliser des profits fabuleux en vendant de l’eau massivement aux Chinois semble pour le moins irréaliste.

Le marché chinois de l’eau embouteillée est le plus important au monde. Environ 12 milliards de bouteilles d’eau sont vendues chaque année en Chine et le nombre de bouteilles augmente année après année. Mais le prix des bouteilles est d’environ 1,50 $. Les bouteilles d’eau plus haut de gamme ne sont pas vendues beaucoup plus cher. Passé ces prix, on entre dans le marché du luxe.

Un marché de niche

Or, le gouvernement chinois mène depuis plus d’un an une campagne féroce contre le luxe qui est vu comme une des sources de la corruption. À tel point que les grandes marques internationales de produits de luxe ont récemment offert des rabais importants à leur clientèle chinoise. L’eau à 100 $ le litre est donc non seulement un marché de niche, mais en plus, un marché qui n’est pas encouragé par le gouvernement (en supposant que ce marché existe).

Une pollution horrible

L’eau en Chine est très polluée. Quelques chiffres illustrent bien le problème. La population chinoise représente près de 20% de la population mondiale, mais la Chine ne possède que 7% des ressources mondiales d’eau douce. En plus, seulement 30% de l’eau est potable en Chine. Et 30% ne peut être utilisée qu’à des fins industrielles. Le 40% restant est trop pollué pour être utilisé pour quoi que ce soit.

Mais la Chine reçoit beaucoup d’eau dans le sud de son territoire. Le gouvernement chinois a donc entrepris de vastes travaux pour détourner l’eau de fleuves et de rivières du sud. Un premier canal, qui apporte de l’eau à Pékin, a été ouvert en décembre 2014. Deux autres sont en construction. 

Avant d’acheter de l’eau massivement du Québec, la Chine a bien d’autres options plus économiques. Il serait trop long de les énumérer toutes. 

Quels pourraient être les objectifs des Chinois?

La question qu’il faut se poser consiste à savoir pourquoi les Chinois, fins négociateurs, ont voulu mettre le maire de Roberval en confiance. Je ne suis pas dans leurs souliers. Cependant, il me semble que si j’étais Chinois, je serais particulièrement intéressé au marché du bleuet. Le maire de Roberval l’ignore peut-être, mais les Chinois sont les plus grands producteurs et les plus grands consommateurs de bleuets au monde. Ils attribuent au bleuet toutes sortes de vertus, en particulier de contrer le vieillissement. Or, la consommation en Chine est de 50 grammes par personne. À titre de comparaison, la consommation ici est de 2,7 kg par personne. Si j’ai bonne mémoire, le Saguenay et le Lac-Saint-Jean sont des régions où l’on produit beaucoup de bleuets.

Un autre intérêt des Chinois est sans nul doute la grande nature que l’on trouve ici. Des compagnies chinoises ont acheté des actions dans le ClubMed, il se pourrait que les Chinois souhaitent ouvrir des bases de plein air et des ClubMed...

Bref, vous avez de bons contacts avec vos amis chinois? Parfait, la vraie partie commence.

PS. Avis aux investisseurs qui voudraient offrir ce dernier produit aux Chinois: informez-vous bien des coutumes, des exigences et des habitudes de cette clientèle.