/news/politics
Navigation

Fête nationale: la CAQ veut choisir les artistes en fonction de leurs idées politiques

QMIPOW20140630
Sébastien St-Jean / Agence QMI Misteur Valaire lors du spectacle de la Fête nationale à Montréal le 24 juin 2014.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | La Coalition avenir Québec (CAQ) propose de choisir les artistes qui participent aux célébrations de la Fête nationale sur la base de leurs opinions politiques.

Pour la deuxième fois en autant de jours, le parti de François Legault a plaidé vendredi en faveur d’une dépolitisation des festivités officielles de la Saint-Jean-Baptiste. Selon la CAQ, ces rassemblements financés avec de l’argent public ont trop tendance à servir de vitrine au mouvement indépendantiste.

«À travers la sélection d’une thématique, à travers la sélection d’artistes, d’animateurs ou de personnes qui sont appelées à faire des discours, on dénote une certaine orientation politique et ce que l’on dit au niveau de la Coalition avenir Québec, c’est que c’est la fête de tous les Québécois, qu’on soit souverainiste ou pas», a déclaré le député Benoit Charette sur les ondes de LCN.

Lorsque l’animateur Mario Dumont lui a demandé comment on pouvait éviter qu’un artiste se laisse emporter, sur scène, dans une envolée lyrique en faveur de la souveraineté, M. Charrette a répondu qu’il était possible d’intervenir dans la sélection des artistes, étant donné qu’«on connaît la plupart du temps leurs orientations [politiques]».

«La plupart des artistes sont souverainistes, on ne peut pas mettre une croix sur tous ceux-là?» lui a demandé l’animateur.

«J’en conviens, mais il y a des artistes qui ont une perception différente de la Fête nationale et qui seraient aussi intéressés à participer à ces grands rassemblements-là. Donc, on ne parle pas de censure», a dit Benoit Charrette.

Le député de Deux-Montagnes n’a rien contre l’idée qu’il y ait des rappels historiques et des discours faisant état «de notre attachement à la langue française» lors des festivités de la Saint-Jean-Baptiste. Il croit toutefois que les participants ont le droit d’exprimer leur fierté d’être Québécois «sans avoir à subir des discours politiques ou très, très souverainistes qui sont de nature à décourager la participation de certaines personnes».