/investigations/techno
Navigation

Un grand ménage

«Indigné», Martin Coiteux annonce sa réforme dans la gestion informatique

Bloc bordel informatique
Photo courtoisie Québec dévoilera aujourd’hui son plan «Rénover le Québec par les technologies de l’information». Les mesures se matérialiseront aussi dans un projet de loi à l’automne.

Coup d'oeil sur cet article

Québec annoncera ce matin son grand ménage pour s’attaquer au «bordel informatique» après des années marquées par des gaspillages de milliards de dollars, la corruption de hauts fonctionnaires et la perte du contrôle des projets au profit du privé.

Québec annoncera vendredi matin son grand ménage pour s’attaquer au «bordel informatique» après des années marquées par des gaspillages de milliards de dollars, la corruption de hauts fonctionnaires et la perte du contrôle des projets au profit du privé.

Parmi les 36 mesures présentées, Québec prévoit démettre plusieurs hauts fonctionnaires en informatique et souhaite rendre ceux qui restent plus imputables.

Il n’y aura plus de cachettes. Les ministères devront fournir un inventaire de leurs faits et gestes. Le gouvernement ne veut plus laisser aller et veut reprendre le contrôle pour tout savoir sur ce qui se déroule dans ses ministères et organismes.

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, présentera son plan ce matin. Notre Bureau d’enquête a obtenu les grandes lignes de ce coup de barre qui doit corriger une foule de problèmes soulevés par les centaines de reportages sur le sujet lors des dernières années.

Le modèle doit changer

Le plan est de casser le modèle actuel, qui favorise souvent quelques grandes firmes au détriment de la concurrence et de plus petits acteurs. Chaque recours à un consultant privé devra être justifié et Québec souhaite ne plus les payer à l’heure, mais plutôt à la tâche.

«Les inquiétudes et l’indignation [...] c’est totalement justifié», a déjà lancé M. Coiteux, que le problème a souvent exaspéré depuis son arrivée en poste.

Plusieurs mesures existaient déjà, ou sont de simples bonnes pratiques de gestion. Mais d’autres risquent d’avoir de gros impacts si, bien sûr, elles se concrétisent.

Fini le travail en silo

Québec répond à la problématique majeuredu trop grand nombre de patrons en informatique partout dans la fonction publique et du manque de cohésion qui en découle. Plusieurs sauteront et les autres siégeront à un nouveau comité qui centralisera les décisions pour que l’on cesse de faire les mêmes tâches en silo.

Au lieu de laisser tous les ministères et organismes dépenser à leur rythme, on établira une «enveloppe centrale» des dépenses pour mieux coordonner le robinet à milliards de dollars qui coule depuis des années.

Le gouvernement créera aussi un «comité de vigie» des grands projets. L’informatisation de la santé, dont les coûts évalués ont grimpé de 540 M$, à 1,6 G$, et le projet SAGIR, qui est passé de 83 M$ à 1 G$, pourront assurément bénéficier de cette vigie.

Dans son plan, Martin Coiteux se montre également favorable aux doléances des syndicats.

Admettant que le recours au privé a coûté cher et risqué de mettre le gouvernement dans une situation de dépendance, il promet de rehausser l’expertise interne et d’embaucher des effectifs.

En retard en la matière, Québec veut adopter l’approche «gouvernement ouvert et transparent», notamment en libérant des données.

La gouvernance revue

  • Le grand patron informatique aura plus de pouvoirs
  • Réduire le nombre de dirigeants informatiques
  • Élaborer un cadre de gestion gouvernementale des dépenses informatiques
  • Élaborer un portrait complet des actifs informatiques
  • Améliorer le tableau de bord

De meilleures pratiques

  • Ouvrir davantage les marchés publics aux PME
  • Considérer davantage les logiciels libres
  • Mettre à profit l’infonuagique
  • Favoriser les contrats à forfait et non à l’heure

Un gouvernement plus compétent

  • Réaliser un portrait complet de la main-d’œuvre
  • Maximiser l’utilisation de l’expertise interne
  • Ajouter des effectifs

Des mesures déjà prises

  • Mandat spécial à l’UPAC et au Vérificateur général sur des contrats informatiques
  • Audit sur le projet SAGIR
  • Réduction de 30 % des consultants privés dans l’organisme responsable des grands projets informatiques
  • Vérification de l’octroi de 30 M$ sans concurrence conforme à CGI pour les radars photo

Le projet tant attendu

Comme la plupart des gouvernements l’ont fait, Québec s’engage enfin officiellement à regrouper ses centres informatiques. De nos jours, il est possible de stocker beaucoup plus de données dans moins d’espace. Cette situation urgente, mais méconnue, permettra à moyen terme d’économiser 100 M$ par année. L’Ontario, qui comptait 300 centres, n’en a plus que sept. Québec dispose toujours de 457 centres et gaspille les millions de dollars en entretien évitable, a révélé notre Bureau d’enquête l’hiver dernier.

Budget annuel en informatique de 3,5 G$

11 % = acquisition d’équipements

30 % = rémunération des fonctionnaires

42 % = service-conseil des firmes privées