/news
Navigation

Une pierre tombale sous le plancher de leur chambre

Le monument était à la mémoire d’un jeune de 12 ans mort en 1953

La pierre tombale de Gaston Bonneau, décédé à l’âge de 12 ans en 1953, était entreposée sous un amas de briques dans un petit espace sous le plancher de la chambre.
Photo collaboration spéciale, Roger Gagnon La pierre tombale de Gaston Bonneau, décédé à l’âge de 12 ans en 1953, était entreposée sous un amas de briques dans un petit espace sous le plancher de la chambre.

Coup d'oeil sur cet article

Une famille de Chicoutimi-Nord a eu la surprise de sa vie en découvrant la pierre tombale d’un jeune de 12 ans, décédé en 1953, sous le plancher d’une chambre.

«On a fait le saut; on s’est demandé s’il y avait pas un corps enterré là», raconte Myriam Gaudreault, résidante de la rue Mézy, à Chicoutimi-Nord.

Elle et son conjoint, Guy Villeneuve, ont acheté leur maison il y a près de quatre ans. Ils ont décidé d’aménager leur chambre dans une pièce qui était auparavant une verrière, elle-même aménagée sur les bases d’un ancien balcon.

«Il y a un petit espace fermé, pas très haut, entre le plancher de notre chambre et le terrain, raconte Mme Gaudreault. Il y avait des briques là-dedans. Alors en voulant sortir les briques, on a trouvé la pierre tombale.»

La pierre tombale de Gaston Bonneau, décédé à l’âge de 12 ans en 1953.
Photo collaboration spéciale, Roger Gagnon
La pierre tombale de Gaston Bonneau, décédé à l’âge de 12 ans en 1953.

L’ornement funéraire est celui de Gaston Bonneau, un jeune homme de 12 ans, décédé le 25 avril des suites d’une méningite, contractée à l’âge de 8 ans, une maladie qui l’avait aussi rendu aveugle.

Grâce à Facebook

Désireuse de remettre la pierre tombale à ses propriétaires, Myriam Gaudreault a partagé l’image sur Facebook. Environ 24 h plus tard, la nièce de Gaston Bonneau a pris contact avec elle. Hier, deux frères du jeune Gaston sont passés chez les Villeneuve pour récupérer la pierre tombale.

«Les messieurs pensaient que la pierre tombale avait été volée, raconte Mme Gaudreault.

«Le nom de leur frère avait été inscrit sur la pierre tombale de leur mère.»

Selon Mme Gaudreault, la famille Bonneau croit aujourd’hui que c’est leur père, Henri, aujourd’hui décédé, qui aurait décidé d’entreposer la pierre tombale de son fils à cet endroit.

«On ne saura jamais pourquoi», confie Mme Gaudreault.

Anciens résidents

La famille Bonneau a habité la résidence des Villeneuve-Gaudreault, il y a plusieurs années. «Il y a peut-être eu deux ou trois propriétaires, entre eux et nous depuis ce temps-là», précise Mme Gaudreault.

Le couple, avec leurs deux enfants de 9 et 16 ans, est aujourd’hui soulagé de la tournure heureuse des événements.

«Tout le monde s’énervait en pensant qu’il pouvait y avoir un cadavre en dessous de chez nous», rigole Mme Gaudreault.

Le frère de Gaston Bonneau, Rosaire Bonneau, 76 ans, a indiqué que «l’incident» est maintenant «clos».

«La pierre est chez moi et nous allons la garder», a-t-il précisé.