/entertainment/music
Navigation

Montebello vibre avec ses 60 000 rockers

Dès le début de l’après-midi, la foule s’agglutinait près d’une des cinq scènes. Près d’une centaine de spectacles ont été présentés ce week-end.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe Dès le début de l’après-midi, la foule s’agglutinait près d’une des cinq scènes. Près d’une centaine de spectacles ont été présentés ce week-end.

Coup d'oeil sur cet article

 
  

Pour la 10e édition du Rockfest, la population de Montebello, en bordure de la rivière desOutaouais, est passée de 1000 à 60 000 personnes.

À LIRE AUSSI : 

À l’entrée du site, des gens vendaient des places de stationnement et de camping pour la ville. «On va pouvoir financer la prochaine patinoire», a lancé fièrement Catherine du comité de loisirs. «Ça ressemble à Saint-Tite, mais dans le monde du rock», a soutenu Yan Montagne, responsable de la logistique. Pendant trois jours, le village s’est complètement transformé. «L’an passé, il y avait un kilomètre de gens stationnés sur l’autoroute», a expliqué un festivalier. Sur la rue principale, on entendait les amplificateurs qui crachaient à tue-tête les succès des groupes sur scène.

Les festivaliers ont fait la queue de longues minutes pour parvenir au site du Rock Fest.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe
Les festivaliers ont fait la queue de longues minutes pour parvenir au site du Rock Fest.

En plus des autos et des tentes entassées pêle-mêle sur les parterres des maisons, les balcons sont devenus des magasins ambulants.

Peu d’incidents

On ne déplore aucun incident fâcheux depuis le début du festival. «À part quelques cas d’intoxication et le gars qui s’est fait tabasser parce qu’il s’est trompé de tente, il n’y a pas eu d’incident à déclarer», ont confié les agents interrogés samedi après-midi. Un ambulancier a expliqué que certains se blessaient en faisant du body surfing. Des blessures bien mineures, rapporte-t-on.

Marc-Antoine, Cailane, Maude et Pierre-Luc participaient à leur premier Rock Fest.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe
Marc-Antoine, Cailane, Maude et Pierre-Luc participaient à leur premier Rock Fest.

Du monde partout!

Depuis trois ans, la popularité du Rockfest a explosé. Cette année, le village s’est rempli à pleine capacité. Les gens arrivaient de partout. «L’année dernière, on avait toutes les provinces du Canada le même soir, en plus des gens d’Australie», a raconté Patricia Larivière, copropriétaire des Brasseurs de Montebello.

Tout le village s’est transformé en immense terrain de camping.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe
Tout le village s’est transformé en immense terrain de camping.

Même chez le maire

Comme dans le voisinage, le terrain du maire Luc Ménard a été envahi par les tentes. «Il se fait une fraternité entre les gens, affirme l’élu. Moi, j’ai les mêmes campeurs depuis cinq ans.» Les habitués réservent leur coin à partir de janvier. «Nous, on reçoit 22 tentes, a raconté Angélique. Ma mère et moi, on fait le déjeuner pour tout le monde pour 5 $ et entre 9 h et 11 h, on permet des douches de cinq minutes. Mon petit garçon parle à tout le monde. Les gens sont très respectueux.»

«Cette année, c’est vraiment bien organisé, a soutenu David Hener, qui s’est fait connaître à Musique Plus avec Les Bums. C’est étonnant qu’il n’y ait pas plus de problèmes avec autant de shows dark et trash», a ajouté cet habitué du Rockfest.

Pour avoir une bonne place sur le site et faire du repérage pour un tournage, ses amis et lui ont décidé d’arriver en début de semaine. Rémi, de Québec, a confié: «Je me cherchais des billets sur Kijiji et j’ai vu qu’un gars louait une tente 30 $ pour deux jours. Je ne savais pas par contre que j’allais partager la tente avec des inconnus.»

Des milliers de campeurs se sont installés dans un champ agricole.
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe
Des milliers de campeurs se sont installés dans un champ agricole.

Des retombées importantes

Même si Montebello compte beaucoup d’aînés, la majorité des gens accueillent la faune du Rockfest avec enthousiasme. «Quand la manne passe, il faut la prendre!» a lancé un des voisins du maire. L’homme a affirmé que plusieurs payaient leurs taxes municipales en transformant leur terrain en site de camping. Les commerçants profitent aussi de ces retombées.

«On a 20 800 bières pour la fin de semaine», confiait vendredi soir Alain Larivière, des Brasseurs de Montebello. «J’ai fait 38 000 $ avec la vente de bière l’an passé», a surenchéri Charles Quesnel, propriétaire du Bonisoir.

La fête s'étire

<b> Luc Ménard</b> <br />
Maire de Montebello
Photo Le Journal de Montréal, Nathalie Deraspe
Luc Ménard
Maire de Montebello

Alex Martel n’avait que 17 ans quand il a lancé le Rockfest. Lors de la première édition, en 2005, l’événement comprenait trois groupes, dont le sien.

Trois ans plus tard, le festival s’étirait sur toute une journée et comptait plusieurs formations de l’heure dont Mononc’ Serge, Grimskunk, Anonymus et Capitaine Révolte. En 2010, le public a pu compter sur deux jours de musique où toutes les couleurs du rock étaient représentées. Par la suite, le passage d’Alice Cooper, Marylin Manson et autres rockers incontournables a permis au festival d’atteindre les sommets. L’événement est désormais reconnu comme le plus grand festival de rock au Canada. L’an dernier, les organisateurs se sont associés à l’équipe du Festival d’été de Québec afin d’assurer une meilleure logistique et ont enregistré une foule record. Cette année, The Pixies, Linkin Park, System of a Down et le rappeur Snoop Dogg se sont ajoutés à la longue liste des artistes venus enrichir le festival au fil des ans. «Avant, Montebello se faisait reconnaître avec le Château. Aujourd’hui, on parle du Rockfest», a confié le maire Luc Ménard.

Le Rock Fest en chiffres

La formation Linkin Park et son chanteur Chester Bennington a électrisé le public vendredi soir.
Photo Courtoisie Nick Ghattas
La formation Linkin Park et son chanteur Chester Bennington a électrisé le public vendredi soir.
  • Plus de 100 spectacles sur 5 scènes
  • 45 000 places sur le site des spectacles
  • Entre 30 $ et 250 $ pour camper
  • 190 $ et plus pour une passe
  • 40 $ pour un stationnement