/news/currentevents
Navigation

Une vie comblée par 12 enfants

L’homme de 37 ans et sa conjointe depuis 16 ans sont les parents de cinq filles et sept garçons

Il n’y a pas une journée où l’on s’ennuie, chez les Lacroix. Avec une famille de 12 enfants, organisation, routine, ainsi que le dynamisme sont au rendez-vous.
Photo Daniel Mallard Il n’y a pas une journée où l’on s’ennuie, chez les Lacroix. Avec une famille de 12 enfants, organisation, routine, ainsi que le dynamisme sont au rendez-vous.

Coup d'oeil sur cet article

Des repas d’envergure à préparer quotidiennement, des brassées de lavage plusieurs fois par jour, des transports aux quatre coins de la ville et des sorties familiales aux factures exorbitantes: voilà la réalité mouvementée, mais fort appréciée, de Philippe Lacroix, 37 ans... et père de 12 enfants.

Et il n’y a aucun couple de jumeaux, dans cette grande famille. «Tous coup sur coup. Ça fait 16 ans que ma conjointe est enceinte», lance-t-il en riant.

Les quatre premiers de la famille sont tous des garçons. «Au début, on voulait quatre enfants au minimum, mentionne M. Lacroix. Ma blonde disait: “J’aimerais ça avoir une petite fille.”»

Son souhait s’est réalisé, puisque le couple a finalement eu cinq petites filles. Et aux quatre garçons déjà nés, trois autres se sont ajoutés. «On ne pensait pas se rendre là», admet le père dévoué. Mais le couple n’a aucun regret.

«Ce sont tous de petits trésors. Chacun a son lot de bonheur, renchérit-il. Je le conseille à tout le monde, c’est le fun.»

Y aura-t-il un treizième petit Lacroix? «Ce serait pas mal fini là. On voit pas comment on arriverait à s’occuper de tout le monde», croit le père.

Noël à l'année

Chez les Lacroix, les soupers de famille ressemblent à des rassemblements de Noël à l’année. «Ce sont des soupers très mouvementés, des gros partys de Noël. On s’ennuie pas dans nos soirées, ici.»

Dans la maisonnée, ça prend beaucoup d'organisation, mais le couple et ses enfants y parviennent avec brio. «C’est du travail. Tout le monde met la main à la pâte, explique-t-il. C’est la routine. Je fais le taxi, je promène les enfants ici et là à leurs activités et à leur cours, le soir.»

Actuellement en congé de paternité, M. Lacroix travaille comme opérateur de machinerie à la Raffinerie Jean-Gaulin de Lévis. La conjointe de M. Lacroix se charge, pour sa part, des tâches à la maison, des repas et des devoirs des enfants.

Vive l’entraide !

Le couple s’estime chanceux, puisque la notion d'entraide est très présente chez ses enfants. Les plus vieux gardent les plus jeunes et s’occupent énormément d'eux.

Sur son passage, la famille Lacroix fait grandement jaser. «Le monde est épaté et bien content de voir ça, surtout aujourd’hui, les grosses familles, confie le père. Nous, on ne voit pas ça extraordinaire, mais on comprend que ça peut impressionner.»


Des coûts astronomiques

  • Cinq brassées de lavage par jour
  • 14 paquets de trois sacs de lait par semaine
  • Une voiture de sept places ( Sorento ). Le couple envisage l’achat d’un second véhicule
  • Des factures hebdomadaires d’épicerie d’environ 500 $
  • Deux sacs de pain tranché par jour
  • 2 kg de poulet pour un souper
  • Six litres de jus par jour
  • 4000 $ d’électricité par année
  • 2 kg de fromage par semaine
  • À l’Aquarium de Québec, l’admission pour une journée s’élève à 145 $
  • Une journée au Zoo de Granby leur a coûté 365 $ en billets d’entrée seulement