/sports/hockey
Navigation

Alex Galchenyuk congédie son agent

Alex Galchenyuk congédie son agent
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Il faudra attendre encore avant qu’il y ait une entente entre le Canadien et Alex Galchenyuk.

L’attaquant américain a décidé de congédier son agent Ian Pulver, ce qui fait en sorte qu’il est impossible de poursuivre les pourparlers pour le moment. Il faut dire que sa nouvelle entente ne sera pas très compliquée à régler puisque ce sera un contrat de transition qu’il devrait obtenir. Galchenyuk a marqué 20 buts la saison dernière et amassé 46 points, mais n’a pas connu des séries à la hauteur, marquant une seule fois en douze rencontres.

Grâce à la ligne de centre

Il faut d’abord comprendre une chose. Les Blackhawks jouissent d'un luxe que très peu de formations possèdent, soit beaucoup de talent. Les meilleurs joueurs encore une fois cette saison ont été Jonathan Toews (66 points), Patrick Kane (64 points), Marian Hossa (61 points), Brandon Saad (52 points) et Duncan Keith avec 45 points.

Tous ces joueurs seront de retour la saison prochaine, ce qui fait en sorte que Stan Bowman est beaucoup moins sceptique que bien des gens sur l’avenir de sa formation.

Il est vrai que le directeur général des Blackhawks devra faire des choix importants dans les prochains jours afin de s’assurer qu’il va se conformer au plafond salarial qui sera autour de 71 millions de dollars. Il faut donc s’attendre à ce que Patrick Sharp soit échangé; le nom du défenseur Brent Seabrook circule aussi. En n’échangeant que ces deux joueurs, les Blackhawks économiseraient 12 millions, ce qui réglerait en grande partie leur problème. «Nos meilleurs joueurs seront de retour et, oui, il y aura des changements, mais ça veut aussi dire que d’autres joueurs, des jeunes, auront un plus grand rôle», m’a indiqué Stan Bowman dans une conversation après avoir vu son équipe soulever la coupe Stanley pour une troisième fois en six ans.

L’ART DE TRANSFORMER SON ÉQUIPE

Une chose est certaine, en échangeant ces deux joueurs, l’image des Hawks ne sera plus la même. Mais justement, Stan Bowman n’a jamais eu peur de transformer sa formation. C’est pourquoi il y a un an, il a pris la décision d’améliorer sa ligne de centre. Selon lui, les succès de son équipe allaient passer par des acquisitions importantes. «Chaque année, notre plan est différent. Le premier juillet, on s’est concentré sur l’acquisition de Brad Richards qui est devenu notre deuxième joueur de centre. C’est vrai qu’il y a eu une période d’ajustement pour Brad à son arrivée avec nous. Ce ne fut pas facile, mais il est devenu un joueur très important pour nous après Noël.»

L’autre acquisition qui n’a pas porté ses fruits immédiatement est celle d’Antoine Vermette, mais qui a été très payante en série, alors qu’il a marqué trois buts gagnants. J’ai demandé au directeur général des Hawks si l’arrivée de Vermette n’était pas un hasard parce qu’il devait remplacer Patrick Kane, blessé à l’épaule. «Mes discussions avec Don Maloney ont débuté au mois de décembre, donc mon intérêt pour Antoine existait depuis un certain temps. Si on avait fait son acquisition à ce moment, j’aurais été forcé d’échanger un joueur établi pour libérer de la masse salariale. Avec la blessure de Patrick, effectivement, on a libéré de l’argent.»

UNE DERNIÈRE COUPE?

Stan Bowman est évidemment très fier de ses décisions. Il est vrai qu’il a dû débattre avec Joel Quenneville plusieurs fois pour le convaincre d’utiliser Brad Richards et Antoine Vermette qui n’ont pas toujours eu la faveur de leur entraîneur. «La réalité aujourd’hui, c’est qu’on n’aurait pas été en mesure de gagner sans Brad et Antoine. C’est la première fois en six ans qu’on avait une aussi bonne ligne de centre et c’est ce qui nous a permis de gagner cette coupe,» souligne le grand patron de la formation la plus couronnée dans l’ère du plafond salarial.

Pour ce qui est justement de lui et de son entraîneur qui ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde, Stan Bowman y va d’un grand sourire. «Tout est fait pour la victoire dans cette organisation et souvent il faut être flexible. Mais tout le monde a le même objectif: la victoire.»


NOUVEAU DÉFI POUR MARC BERGEVIN?

C’est ce matin qu’Équipe Canada annoncera le nom de ses dirigeants pour la Coupe du monde de hockey qui aura lieu en septembre 2016 à Toronto. Le directeur général des Blues, Doug Armstrong, sera le grand patron de la formation canadienne. Je ne serais pas surpris qu’on apprenne aussi la venue de Marc Bergevin comme un des adjoints de Doug Armstrong. Le directeur général du Canadien est reconnu comme un des meilleurs de sa profession, et ce après seulement trois saisons dans son nouveau poste. Si sa venue se concrétise, ce sera sa première présence avec la formation canadienne depuis 1994 alors qu’il avait remporté l’or au Championnat du monde de hockey.

UN GAIN DE 40 MILLIONS DE DOLLARS

Grâce à une panoplie de griefs contre certaines équipes, l’Association des joueurs a trouvé 40 millions de dollars supplémentaires qui s’ajoutent aux revenus reliés au hockey pour la saison 2013-2014. Ce gain peut paraître minime sur des revenus de trois milliards de dollars, mais ceci démontre encore une fois que l’AJLNH ne fait pas confiance aux données financières que les équipes déposent après chaque saison. Les 40 millions ont été réclamés à des formations qui n’ont pas dévoilé des subventions qu’elles ont reçues de quelques villes ou encore de la surcharge de certains billets vendus. Bref, les joueurs ont placé beaucoup trop d’argent en fiducie lors de la saison 2013-2014 et ils recevront en compensation 37 000 $ par tranche d’un million de dollars qu’ils ont touchés.