/24m
Navigation

Ils marchent contre le cancer de la prostate

Ian McJannet et sa famille participent à chaque année à la Marche du Courage pour en mémoire de son père Bill, décédé du cancer de la prostate.
Photo 24H, Marie Christine Trottier Ian McJannet et sa famille participent à chaque année à la Marche du Courage pour en mémoire de son père Bill, décédé du cancer de la prostate.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis que son père est décédé du cancer de la prostate il y a cinq ans, Ian McJannet et sa famille participent à la marche du Courage à la fête des Pères pour honorer sa mémoire.

En compagnie de sa mère, sa femme, ses trois fils et du meilleur ami de son père, M. McJannet soutient que la Marche du Courage est une des meilleures façons de sensibiliser les gens aux enjeux du cancer de la prostate.

«Ce n’est pas juste pour ramasser de l’argent. On a eu plusieurs dons, mais j’aimerais aussi encourager mes amis à venir marcher avec moi.»

Cette année, il a amassé plus de 1000$ pour financer les programmes de recherche et de soutien aux patients québécois atteints de cancer de la prostate. Ce montant fait partie des 400 000$ amassés par PROCURE, un organisme québécois qui lutte contre le cancer de la prostate, à l’occasion de la Marche et du Tour du Courage.

Les trois fils de M. McJannet sont encore jeunes pour comprendre les enjeux de cette maladie, mais ils comprennent l’importance que revêt cette cause pour leur père.

«C’est important de supporter ensemble les efforts engagés pour éliminer le cancer de la prostate», croit ce dernier.

Réalités partagées

Murielle Lapierre est venue seule à la Marche du Courage. Son mari est atteint du cancer de la prostate et ne pouvait pas se joindre à elle.

«En marchant, j’ai rencontré des gens qui vivent les mêmes réalités que nous», explique-t-elle.

Elle s’est jointe à Roger Robert, Jacqueline Lahaie et René Charette, venus pour supporter la cause. Les trois amis sont particulièrement sensibilisés aux enjeux de cette maladie et rappellent qu’un homme sur sept recevra un diagnostic de cancer de la prostate au cours de sa vie.

«Le cancer de la prostate nous guette tous, il faut faire attention. Ce n’est pas parce qu’on prend soin de notre santé qu’on ne l’aura pas», d’indiquer M. Charrette.

Pas de symptômes

Les efforts de sensibilisation de PROCURE semblent porter fruit. Environ 600 personnes ont participé à la Marche et au Tour du Courage au Parc Jean-Drapeau, soit une centaine de plus que l’an dernier. Un nombre croissant d’hommes se soumettent à des tests de dépistage du cancer de la prostate, selon Jean Pagé, co-fondateur de la Marche du Courage.

«C’est une maladie où il n’y a pas de symptômes, donc on doit faire de la prévention et de la sensibilisation. Il faut que les hommes passent des tests de dépistage», affirme-t-il.

De nombreux appuis

Le fait que de nombreuses personnalités publiques s’engagent dans la cause contribue notamment à la sensibilisation du public.

«Le cancer de la prostate, c’est l’affaire de tout le monde, non seulement les personnes touchées, mais aussi leurs familles et leur entourage», d’affirmer le maire de Montréal Denis Coderre, président d’honneur de la Marche pour une deuxième année consécutive.

L’animatrice Pénélope McQuade et son père Winston ont également participé à l’évènement. Rappelons qu’ils se sont associés récemment à PROCURE pour lancer la campagne «noeudvembre». Des noeuds papillons conçus en collaboration avec le designer québécois Luko Marion seront vendus en novembre prochain afin d’amasser des fonds pour la recherche contre le cancer de la prostate.


Le cancer de la prostate en 5 points

  • Cancer masculin le plus commun, soit 25% des cancers diagnostiqués
  • 4600 Québécois recevront un diagnostic cette année et 880 en mourront
  • 40% des cas sont diagnostiqués chez des hommes de 60 à 69 ans
  • Taux de mortalité en diminution depuis 2001