/sports/fighting
Navigation

Lemieux sacré champion du monde

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à une performance inspirée, David Lemieux a été sacré champion du monde IBF des poids moyens, samedi au Centre Bell.

Le protégé d’Eye of the Tiger Management a signé une belle victoire par décision unanime des juges (115-109, 115-109 et 114-110).

Lemieux (34-3, 31 K.-O.) a obtenu la faveur notamment en raison du fait qu’il a envoyé N’Dam (31-2, 18 K.-O.) à quatre reprises au tapis au cours de cet affrontement excitant au possible.

Grâce à son crochet de gauche, le Québécois est parvenu à envoyer son adversaire au pays des rêves aux deuxième, cinquième (à deux reprises) et septième assauts.

Cependant, en raison de son courage incroyable, N’Dam est parvenu à ­survivre à chaque occasion pour poursuivre l’affrontement. Il est même parvenu à gagner des rounds avec sa ­mobilité et son excellent jab.

De l’essence dans le réservoir

Après un fort début de combat, on avait hâte de voir si Lemieux serait en mesure de maintenir son rythme ­pendant les six derniers rounds.

Il peut dire mission accomplie et ses efforts des derniers mois au gymnase ont porté fruit. Le poulain de Marc Ramsay a bien géré son duel jusqu’à la dernière cloche.

N’Dam l’a connecté solidement, mais Lemieux a bravé la tempête comme un champion. C’est possiblement là que l’affrontement s’est joué.

Jean brille

On avait hâte de voir Dierry Jean (28-1, 20 K.-O.) en action alors qu’il affrontait le pugnace Jerry Belmontes avec le titre NABF des légers à l’enjeu.

Le Québécois a offert une performance sans bavure pour obtenir une victoire à sens unique au terme d’un duel de 10 rounds. Les juges ont remis des cartes de 99-90, 99-89 et 98-91 en ­faveur du boxeur local.

Jean, qui vise une autre chance en combat de championnat dans la prochaine année, a fourni une carte intéressante à son gérant Camille ­Estephan. Il a dominé son adversaire pendant tous les assauts alors qu’il a atteint solidement son adversaire à plusieurs reprises, mais celui-ci a tout pris sans broncher.

► Chez les lourds, Luis Ortiz a dominé comme prévu son duel contre Byron Poley. Le Cubain a envoyé son ­adversaire au tapis à trois reprises dès le premier assaut pour mettre fin au combat.