/news/society
Navigation

Le peloton de tête de la course à la direction du SPVM

La nomination de l’un des trois candidats sérieusement pressentis créerait un précédent

Coup d'oeil sur cet article

La course à la direction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pourrait mener à un précédent historique. L’un des trois candidats en tête de liste, Fady Dagher, a des chances de devenir le premier Arabe nommé à la tête de l’organisation.
 
La période de mises en candidature prend fin aujourd’hui, mais déjà Le Journal a appris de plusieurs sources que trois hauts gradés du SPVM partiraient avec une longueur d’avance: les directeurs adjoints Fady Dagher, Philippe Pichet et Bernard Lamothe.
 
Des premières potentielles
 
Deux autres directeurs adjoints seraient aussi sur les rangs, soit Mario Guérin, responsable de la région sud du territoire, ainsi que Patrick Lalonde, chargé de la région ouest.
 
Le maire Denis Coderre et son comité exécutif pourraient toutefois faire tomber des barrières en arrêtant leur choix sur le directeur adjoint Dagher pour succéder à Marc Parent, dont le mandat se terminera en septembre.
 
La Ville a failli avoir l’occasion de considérer la nomination d’une première femme ou d’un premier Noir comme chef de son corps policier. 
 
Les noms de la directrice adjointe Hélène Charron, responsable de la région nord, et de l’inspecteur-chef Jean-Ernest Célestin, du service de la sécurité et de l’intégrité, ont circulé parmi ceux des candidats potentiels. Ils ont cependant renoncé à postuler, d’après nos sources.
 
Spécialité prioritaire
 
Selon nos informations, il semble de nouveau acquis que le poste de M. Parent sera pourvu à l’interne, ainsi que celui de son bras droit, Bruno Pasquini, parti diriger la Régie intermunicipale de police de Richelieu-Saint-Laurent.
 
Souvent qualifié de «dauphin» de Marc Parent, c’est à Fady Dagher que la direction confie la tâche d’aller sur toutes les tribunes pour parler d’un nouvel enjeu prioritaire: la lutte à la radicalisation. 
 
C’est aussi à ce spécialiste de la police communautaire que le SPVM, critiqué pour ses interventions dans la foulée du décès de Fredy Villanueva, a demandé de revoir ses pratiques en matière de profilage, en 2012.
 
Manifs et crime organisé
 
Bernard Lamothe s’avère le candidat le plus aguerri du trio de tête en matière d’enquête. 
 
Après avoir longtemps traqué le crime organisé, il pilote le service névralgique des enquêtes spécialisées depuis deux ans. On dit de lui qu’il est un bourreau de travail.
 
De son côté, Philippe Pichet a dirigé un poste de quartier, la division des mesures d’urgence et de lutte antiterroriste au quartier général, en plus d’y être responsable de la planification des opérations. 
 
De plus, il a été étroitement impliqué dans la gestion de la crise étudiante de 2012.
 
Joints par Le Journal vendredi, MM. Lamothe, Pichet et Dagher ont préféré ne pas émettre de commentaires.

Les trois candidats potentiels

<b> Fady Dagher</b>
Photo d'archives
Fady Dagher
  • Âgé de 47 ans
  • Assistant-directeur chargé des processus d’innovation et des pratiques opérationnelles du SPVM depuis 2012, il est policier depuis 24 ans.
  • Il a été chef des relations avec la communauté au SPVM, commandant du poste de quartier 30 (Saint-Michel) et a joué dans l’équipe de soccer des policiers contre celle de Zinédine Zidane dans un match amical à Montréal, en 2009.
<b> Philippe Pichet</b>
Photo d'archives
Philippe Pichet
  • Âgé de 46 ans
  • Assistant-directeur au Bureau du directeur et des relations avec les élus du SPVM, on dit de lui qu’il a d’excellentes qualités d’administrateur.
  • Policier depuis 24 ans, il a été commandant du PDQ 45 (Rivière-des-Prairies) et a dirigé la section de la planification opérationnelle du SPVM pendant plusieurs années, notamment durant le «printemps érable» de 2012.
<b> Bernard Lamothe</b>
Photo d'archives
Bernard Lamothe
  • Âgé de 53 ans
  • Assistant-directeur responsable du service des enquêtes spécialisées au SPVM depuis 2013, il compte plus de 27 ans de métier.
  • Il a auparavant dirigé la division des enquêtes sur le crime organisé, notamment en 2009 quand le SPVM a mené le projet Axe, l’une des plus importantes opérations jamais menées contre les gangs de rue à Montréal.

L’offre d’emploi

Salaire moyen 188 220 $

Principaux défis

  • Réduire les impacts de la radicalisation et de la cybercriminalité
  • Assurer la sécurité des citoyens lors des manifestations
  • Déployer des façons innovantes afin de diminuer la criminalité

Exigences

  • Détenir un diplôme universitaire de premier cycle (baccalauréat) en administration
  • Posséder au moins 15 ans d’expérience au sein d’un corps de police d’envergure, dont 7 ans à titre de cadre de direction en gestion policière

Atouts

  • Posséder une vision stratégique et un sens politique, démontrer une très bonne capacité d’influence et de prise de décision
  • Avoir des aptitudes pour la communication interpersonnelle
 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.